Accueil » Culture G » L’histoire et les origines du chien

L’histoire et les origines du chien

Auteur : Rémi

Le chien, depuis longtemps domestiqué par l’homme, souvent considéré comme son meilleur ami, fait partie de la famille des canidés. Voyons en détail d’où provient le chien et comment il a été domestiqué par l’être humain.

La famille des canidés et l’origine du chien

Ce mammifère domestiqué, le premier à l’avoir été par l’être humain, forme cette grande famille des canidés avec les loups, les renards et les chacals. Ce sont les caractères apparentés, les griffes non rétractiles et les nombreuses molaires qui caractérisent plus particulièrement la famille des canidés. Tout d’abord regroupé dans une espèce à part entière, les canidés découleraient probablement de la domestication du loup gris commun il y a déjà de très nombreuses et lointaines années.

L’origine et la domestication du chien demeure encore vivement controversées aujourd’hui. La famille même des canidés est remise en question car certaines études démontreraient que les chacals et les chiens n’auraient pas les mêmes origines.

La domestication du chien remonterait à la nuit des temps. Intervenue probablement au Paléolithique (période de l’apparition de l’homme il y a environ trois millions d’années), bien longtemps avant les autres domestications, elle précède de beaucoup, plusieurs dizaines de milliers d’années, l’apparition de l’agriculture et la sédentarisation. Il s’agit donc de l’unique espèce animale domestiquée n’étant pas associée à la sédentarisation et à l’apparition de l’agriculture.

Certaines sources prétendent que le chien d’aujourd’hui proviendrait du loup gris commun jadis domestiqué par l’être humain, tandis que d’autres affirment que le loup se serait domestiqué lui-même il y a quelques dizaines de milliers d’année déjà en s’approchant tout doucement et en s’habituant lentement au contact des humains.

La sédentarisation amenant les premiers villages et la première stabilité humaine, certains loups moins craintifs à la longue se seraient habitués à la présence des humains dans les environs. À force de vivre près de l’humain, certains spécimens chez les loups se sont tranquillement habitués et rapprochés.Étant déjà habitué à la présence de l’humain dans ses environs, le loup se serait par la suite laissé tout doucement apprivoiser par l’homme.

Paleolithic man with his hunting dog by Eric Le Brun | Prehistoric ...

Finalement, les deux races se sont mutuellement apprivoisées à force de se côtoyer et d’apprendre à se connaître. Comme dans toute meute humaine ou animale, les spécimens la composant sont tous uniques et possèdent chacun leur caractère particulier. De ce fait, certains loups se seraient approchés tandis que d’autres se seraient au contraire éloignés. C’est pourquoi certains loups seraient graduellement devenus des chiens domestiqués et que d’autres demeurent encore sauvages aujourd’hui.

Génétiquement parlant, les lignées du loup et du chien se seraient séparées il y a environ une centaine de milliers d’années. Datant de 31 700 ans dans les grottes de Goyet situées en Belgique, des restes fossiles de chien domestique furent trouvés venant ainsi prouvés que l’origine de la domestication date vraiment de la période de la préhistoire.

L’âge véritable de l’apparition du chien ou de sa transformation de loup en chien domestique est difficile à établir. Les études sont variées et les résultats tous aussi différents les uns des autres.

Ce qui semble unanime, c’est que le meilleur ami de l’homme descendrait du loup et que par la suite, les mutations subies à travers le temps amenèrent à l’animal domestique canin tel qu’on le connaît aujourd’hui. Les mutations et les développements auraient pris entre 60 000 et 100 000 années pour en arriver au résultat actuel.

Les nouvelles découvertes tendent à confirmer que la relation entre l’ancêtre du chien et l’homme aurait bien débuté au moment où l’homme a commencé lui-même à mieux s’organiser et à se sédentariser.

Pourquoi et comment ont été domestiqués les loups?

La compagnie, la chasse et la garde semblent être les principales raisons à la base de la domestication de l’animal. L’humain et le loup s’étant mutuellement apprivoisés, ils en sont venus à tout partager.

Selon certaines sources, les louveteaux auraient même été allaités par les femmes des villages à cette époque. Les loups étaient ainsi totalement intégrés dans la meute humaine.

La domestication des loups aurait entraîné un certain nombre de changements chez l’animal. Avec le temps et au fil des générations, la taille s’est réduite, le pelage s’est modifié, les mâchoires se sont rétrécies, la dentition et la boite crânienne se sont modifiées. Les chasseurs nomades de l’époque étant devenus graduellement des agriculteurs sédentaires, le loup se serait vulgarisé et transformé graduellement lui aussi pour s’apparenter de plus au plus au chien domestique d’aujourd’hui.

Comme l’homme s’est tranquillement sédentarisé et civilisé, le loup s’est également tranquillement transformé en chien primitif pour devenir, au rythme du temps, un chien totalement domestiqué.

Le chien à travers l’histoire

De loup à chien primitif à chien domestiqué, l’animal a fait son chemin. Voici quelques exemples de l’utilisation du chien à travers l’histoire :

Le chien pendant l’Antiquité

Ils étaient utilisés pour les combats, pour leur viande et pour le support des multiples croyances et rites religieux, comme par exemple dans les sacrifices d’animaux.

Dans l’Empire romain

Les chiens étaient alors utilisés pour la chasse, la garde des troupeaux et pour la compagnie.

Pendant le Moyen-Âge

Les chiens étaient alors l’objet d’exterminations constantes car ils suscitaient une grande peur collective dans les milieux populaires et les campagnes.

Heureusement pour nos meilleurs amis, cette période fut également la période de l’âge d’or pour la vénerie chez la noblesse ce qui évita leur totale disparition.

Les chiens pendant la Renaissance

La chasse permit alors aux chiens de se faire une place dans la société. Il devint un signe de grandeur et de puissance chez la noblesse et cette époque permit alors un essor dans le développement des races de chiens de compagnie.

XIXe siècle

Devenu un animal très commun et très connu, les chiens connaissent alors une grande expansion.

Vers 1855, les races de chiens sont officiellement reconnues et de nombreuses nouvelles races font leur apparition avec le début de la cynophilie.

La Belle Époque

Entre les deux grandes guerres, le monde des écrivains, des artistes et des politiciens choisit l’originalité chez les chiens, soit par la taille ou le poil, voulant ainsi être différencié du commun des mortels.

Le 3 novembre 1957, une chienne russe, Laïka, appartenant au programme spatial soviétique, devint le premier être vivant à être mis en orbite autour de notre planète dans l’engin spatial Spoutnik2 lancé par l’ancienne URSS.

Russie – Il y a 60 ans, Laïka partait dans l'espace | Tribune de ...

Aujourd’hui

De nos jours, les chiens sont répertoriés en différentes catégories incluant de multiples races plus différentes les unes que les autres.

Ayant été chien de chasse, chien de garde, chien de guide, chien de recherche, chien de sauvetage, chien de détection,  chien de déminage, chien de sécurité, chien de traîneau, chien truffier, chien d’assistance, chien d’alerte, chien de thérapie et chien de compagnie, il ne fait nul doute que le chien est véritablement devenu le meilleur ami de l’homme.

Grâce à leur grande popularité, les chiens se sont multipliés. Le nombre de races est devenu très grand. L’étude officielle des chiens s’est imposée et c’est ainsi qu’est née la cynologie.

De nos jours, la FCI (Fédération Cynologique Internationale) reconnaît officiellement 335 races de chiens. Les standards en sont définis par cette fédération.

Voici quelques exemples des catégories répertoriées :

  • Molossoïdes : chiens à la tête plutôt ronde et au museau plus ou moins court incluant les molosses et les chiens de montagnes provenant d’Asie pour la plupart.

  • Lupoïdes : chiens dotés d’une tête dite «pyramidale» et dont les oreilles sont généralement droites incluant les chiens de type Spitz et de type primitif, les chiens de berger et les terriers provenant généralement du nord de l’Europe.

  • Braccoïdes : chiens aux oreilles tombantes et au museau long et carré incluant les chiens de chasse, sauf les terriers, les lévriers et les primitifs provenant généralement du nord de l’Europe.

  • Vulpoïdes : chiens à la fourrure épaisse, aux oreilles plutôt pointues et à la queue portée enroulée vers le dos du chien incluant le Spitz allemand, le Samoyède, le Husky sibérien provenant des pays nordiques.

  • Bassetoïdes : chiens bas et de petite taille incluant le Basset Hound qui est le plus connu provenant généralement de la France.

  • Graïoïdes : chiens à la tête dolichocéphale plutôt longue, au corps fin et à la poitrine descendue provenant généralement du Proche-Orient.

Aujourd’hui, autant l’humain que le chien sont heureux de se côtoyer et d’être près l’un de l’autre. Les psychologies canine et humaine semblent bien se rejoindre et s’apprécier. De plus en plus, l’être humain apprend à son tour à bien connaître son animal et à en respecter les besoins et les limites physiques et caractérielles.

Conclusion

D’un animal primitif à la base, le chien est devenu progressivement un animal dévoué à l’humain. Il n’est pas vraiment primordial aujourd’hui de savoir si l’homme a jadis apprivoisé le loup, si le loup s’est domestiqué lui-même ou si le loup a jadis apprivoisé l’homme.

Ce qui compte, c’est le résultat de cette rencontre. Le loup devenu chien vit aux côtés de l’humain depuis des millénaires. Il sert ses besoins, il le sauve, il protège sa famille et ses biens, il trouve sa nourriture, il l’aide en thérapie, il recherche ses proches, il le guide dans le noir, il remplace ses oreilles et sa voix, il l’avertit du danger, il le réconforte, etc. Bref, il est sans contester le meilleur ami de l’homme.