vices cachés chien

Vices cachés – Racisme

Définition

La véritable définition du vice caché est celle d’un défaut non décelé lors d’un premier examen. Chez les chiens, certains vices cachés sont plutôt reconnus comme étant des vices rédhibitoires.

Cependant, certaines races canines semblent souvent prédestinées à certaines maladies. Malgré cette prédestination génétique ou autre, ce ne sont pas nécessairement tous les spécimens d’une même race qui sont touchés par les mêmes problèmes de santé.

Lors du choix de la race pour l’achat d’un chiot, il arrive donc très souvent que certaines races de chiens soient alors victimes de leur réputation de vices cachés diminuant ainsi leur chance au niveau des adoptions par l’être humain.

Races principalement affectées

Certaines races sont très souvent condamnées à souffrir de certains troubles de santé dont le nom de la maladie leur colle royalement à la peau. Il existe plus de 500 maladies héréditaires pouvant condamner les races à un certain racisme leur collant à leur peau canine.

Liste de vices cachés par race

Berger allemand

  • Dysplasie de la hanche
  • Torsion gastrique (Thorax profond)

Bichon maltais

  • Maladie cardiaque

Boxer

  • Risque accru de cancer

Bouvier Bernois

  • Problèmes orthopédiques (Dysplasie du coude et de la hanche, ostéochondrite de l’épaule)

Bulldog

  • Difficultés respiratoires (Face et nez écrasés)
  • Problèmes oculaires (KCS et entropion)
  • Infections cutanées (Nombreux replis de peau – démodécie)
  • Problèmes articulaires (Coude plus particulièrement)
  • Mise bas difficile (Bassin trop étroit pour la tête des chiots)

Chihuahua

  • Maladie cardiaque

Cocker

  • Otites à répétition

Doberman

  • Torsion gastrique (Thorax profond)
  • Syndrome de Wobbler (Long cou et large tête)

Golden Retriever

  • Dysplasie de la hanche

Grand Danois

  • Torsion gastrique (Thorax profond)
  • Syndrome de Wobbler (Long cou et large tête)

Pékinois

  • Problèmes respiratoires (Nez et face écrasés)

Pug Carlin

  • Problèmes respiratoires (Nez et face écrasés)

Saint-Hubert

  • Irritations oculaires chroniques (Paupières inférieures tombantes)

Schnauzer

  • Pancréatite

Sharpei

  • Infection cutanée (nombreux replis de peau)
  • Problèmes oculaires (nombreux replis de peau)

Teckel

  • Hernie discale

Terrier de Boston

  • Problèmes respiratoires (Nez et face écrasés)

Liste de vices cachés par catégorie

Maladies cardiaques

  • Boxer (Cardiomyopathie du Boxer)
  • Caniche standard
  • Cocker
  • Doberman
  • Lévrier irlandais
  • Saint-Bernard
  • Terre-Neuve

Maladies de peau

  • Bull Terrier
  • Dalmatien
  • Rottweiler
  • Schnauzer nain
  • Sharpei
  • Terrier blanc du West Highland
  • Terrier de Boston

Maladies neurologiques

  • Berger allemand
  • Pug Carlin
  • Terrier écossais

Maladies oculaires

  • Bichon frisé
  • Cocker
  • Husky
  • Malamute

Un monde imparfait

Comme l’adoption d’un animal est pour la vie, du moins pour la durée de la vie de l’animal, il est important de bien réfléchir avant l’adoption d’un gentil et joli chiot souvent très adorable.

Le Bulldog, par exemple, est adorable avec sa jolie petite « bouille » bien charnue et son air « bougon ». Cependant, avec ses nombreux replis de peau, son bassin étroit et diverses autres raisons, la race est souvent associée à différentes maladies. Il est donc très important de bien prendre le temps afin d’évaluer si malgré les éventuels problèmes de santé, la race convient bien au mode de vie et d’activités de la famille.

La sélection de la bonne race fait parfois penser à un certain racisme envers la gent canine. Sélectionner le bon chien peut sembler injuste mais comme la maladie d’un chien peut amener du stress et des dépenses supplémentaires, il vaut mieux être conscient dès le départ afin de maximiser les chances de réussite au niveau de la relation familiale.

Race sans problèmes

Comme rien n’est parfait dans ce monde, que le chien soit de race, croisé ou autre, il est impossible de garantir une race sans aucun problème. De nos jours, de plus en plus d’études sont faites afin de permettre aux éleveurs de limiter les risques de propagation des maladies.

En 2011, dans le Journal of Veterinary Internal Medecine, l’Université de Georgia aux États-Unis a publié une excellente étude réalisée avec des informations recueillies dans un répertoire de données provenant de 27 hôpitaux nord-américains. L’étude porte sur une période de 20 ans ayant ainsi permis d’analyser la cause de décès de plus de 75 000 chiens provenant de 82 races différentes.

Certaines affirmations furent alors confirmées par cette étude :

  • Le Bichon maltais et le Chihuahua ont plus de chance (ou de malchance) de mourir de problèmes cardiaques que les autres races.
  • Les petites races sont plus souvent touchées par les maladies endocriniennes comme la maladie de Cushing ou le diabète.
  • Les grandes races sont plus touchées que les autres par les problèmes musculo-squelettiques, les problèmes gastro-intestinaux, les dysplasies, les torsions d’estomac et le cancer.
  • Le Golden Retriever a 50% plus de risque de souffrir du cancer que toutes les autres races de chiens, suivi de très près par le Boxer, le Bouvier bernois et le Bouvier des Flandres.

Conclusion

Comme l’humain, le chien n’est pas parfait mais ce qu’il apporte à une famille dépasse bien les problèmes encourus au cours de sa vie.

Malgré tout, il est essentiel de bien évaluer toutes les facettes d’une race avant de l’adopter afin de mieux prévenir et préparer la famille aux éventuelles possibilités. Le coup de cœur est souvent la base de l’adoption mais la tendance change graduellement. Afin d’éviter de devoir un jour se séparer de son compagnon à quatre pattes pour les mauvaises raisons, les gens apprennent à connaître toutes les races de chiens plus en profondeur pour bien guider leur choix et maximiser la durée de la vie commune avec ces adorables compagnons.

Un choix bien éclairé n’est donc pas une forme de racisme mais une forme de prudence pour assurer autant au chien qu’à l’être humain le succès d’une merveilleuse association à longue durée.

Alors oui, même les chiens se trouvent donc parfois victimes de racisme à cause de leurs éventuels vices cachés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page