chien seul

Laisser seul le chien

Dans ce guide, nous vous expliquerons pourquoi votre chien devrait savoir rester seul et comment y procéder.

Pourquoi apprendre à laisser seul son chien ?

Bien que le chien soit présent dans la vie de l’homme depuis très longtemps, l’humain commence à peine à comprendre son meilleur ami quadrupède.

Pendant une trop longue période, le chien a été totalement incompris amenant l’humain à parfois réagir trop violemment envers les canidés.

Depuis peu, certaines questions sont remises en question et l’humain apprend graduellement à apprivoiser le tempérament, le caractère et la psychologie des chiens domestiqués d’aujourd’hui possédant toujours le côté sauvage leur provenant du loup, leur ancêtre sauvage.

Avec l’apparition de métiers comme les comportementalistes canins, l’être humain n’a d’autre choix que de se mettre à l’éducation de son meilleur ami de façon à respecter sa façon de penser et de réagir bien différente de celle de l’être humain.

Finalement, l’homme apprend maintenant à éduquer son chien comme un chien et non à le traiter comme s’il était un être humain capable de penser et de réagir comme l’un d’eux.

Ce qui devait être autrefois automatique pour le chien, selon l’humain, devient aujourd’hui une matière à inclure dans l’éducation canine.

Aucun chien n’est automatiquement dressé et aucun chien ne peut s’adapter et répondre à tous les commandements de son maître sans au préalable avoir reçu une éducation en conséquence. C’est pourquoi il faut tout apprendre à son chien à la manière du chien.

Il arrive encore souvent que le maître ne voie pas la nécessité d’apprendre à son chien à rester seul. Certaines croyances persistent dans le fait que le chien s’adapte automatiquement à toutes les situations.

Comme ce n’est pas le cas, il est souvent très délicat d’apprendre à un chiot ou à un chien plus vieux d’apprivoiser la solitude.

Que le chien vive à la ville, en appartement, à la campagne ou ailleurs, il doit pouvoir rester seul sans hurler constamment ou sans détruire tout ce qui se trouve à sa portée.

Vivre tout près d’un chien hurlant dès que le maître s’absente peut rapidement entraîner de mauvaises relations de voisinage. Il est très pénible de supporter de tels hurlements et il est important d’éviter ce genre de situation.

Il est très important de ne jamais minimiser une situation de ce genre. Il est primordial d’y remédier ou de l’éviter par une éducation dès l’arrivée du chien dans la maison.

Lorsque les voisins vivent très près, il peut être préventif de les aviser de l’arrivée d’un nouveau chien dans la maison afin d’éviter les plaintes éventuelles dès la première absence.

Être convaincu de l’utilité de l’apprentissage de la solitude chez le chien est le premier pas vers une éducation adéquate pour le chien, pour le propriétaire du chien de même que pour la quiétude des personnes avoisinantes.

Même si le chien ne peut déranger personne par ses hurlements ou ses aboiements incessants, il peut facilement développer une grande anxiété par un tel comportement pouvant par la suite découler sur certains troubles de comportements comme la dépression, la destruction et même l’automutilation dans certains cas.

Problèmes de comportements éventuels liés à l’anxiété de séparation

  • Hurlements incessants
  • Aboiements incessants
  • Destruction massive de son environnement immédiat
  • Destruction du mobilier ou de divers objets de la maisonnée
  • Perte d’appétit
  • Incontinence urinaire et/ou fécale
  • Plaintes du voisinage
  • Automutilation

Comment procéder?

Bien que personne n’ait envie de dresser son chien dès son arrivée dans la maison, il s’agit souvent de la meilleure chose à faire pour assurer une belle complicité à long terme entre le maître et son chien.

Il arrive très souvent que le maître voit son chien un peu comme son bébé et qu’il pense devoir le ménager au début afin qu’il puisse s’adapter à la maisonnée.

Le chien ne raisonnant pas comme l’être humain, pour bien s’adapter justement, il a besoin de connaître les repères le concernant le plus tôt possible. Il doit pouvoir se rassurer en s’appuyant sur son chef de meute qui doit s’imposer à lui dès la première rencontre.

Le chiot, tout mignon et tout petit, vient d’arriver dans la maison. Tout le monde a envie de le chouchouter et de le protéger.

Cependant, si ce gentil petit toutou n’apprend pas immédiatement à rester seul, il pourra éventuellement devenir un destructeur à l’âge adulte pouvant également hurler aux quatre vents dès le départ des membres adorés de sa famille. Il est donc primordial d’agir immédiatement.

Qu’il s’agisse d’un chiot ou d’un chien plus vieux, la façon de faire est la même mais l’apprentissage est généralement plus facile et moins long chez le chiot que chez le chien adulte.

Un chiot n’ayant aucun acquis est beaucoup plus malléable qu’un chien adulte devant perdre certains acquis pour les changer par de nouveaux comportements.

Bien comprendre le comportement naturel

Une chienne éduque ses petits jusqu’à la puberté. Elle leur apprend toutes les notions de base comme la propreté, la socialisation, la hiérarchie, l’autonomie, etc.

Selon l’âge du chiot, les apprentissages se font graduellement entre 0 et 5 mois. Comme la plupart des chiots sont retirés à la femelle vers l’âge de 2 à 3 mois, certains manques éducatifs doivent alors être comblés par l’éducation fournie par le maître du chien.

Ce n’est que vers l’âge de 2 mois que la chienne commence à éloigner les chiots graduellement. Elle les éloigne peu à peu pour ensuite ne plus répondre à leurs demandes et à ne plus dormir avec eux.

Ce n’est généralement que vers l’âge de 5 mois que le chien est totalement apte à dormir seul sans aucun problème.

Lien d’attachement transféré

Lorsqu’un chiot est séparé de sa mère à l’âge de 2 à 3 mois, il n’est pas tout à fait indépendant vis-à-vis de cette dernière et a alors tendance à créer un lien d’attachement d’adoption avec une personne le côtoyant régulièrement.

Si le bébé est accueilli par une personne seule, le lien d’attachement sera généralement encore plus intense. S’il est adopté par une famille, le lien d’attachement peut être unique ou partagé selon chaque cas.

Comme son éducation n’a pu être terminée par la mère du chien, il est primordial de continuer son apprentissage dès son arrivée.

Le lien d’attachement rassure le chiot mais il doit rapidement apprendre le détachement graduel afin de pouvoir devenir un chien heureux, serein, indépendant et plus autonome au sein de sa nouvelle famille.

Il doit pouvoir être serein en tout temps même s’il est seul dans son environnement.

L’étape du détachement

De simples règles mises en application tous les jours avec rigueur et une grande patience suffisent généralement à graduellement amener son chien à pouvoir rester seul sans problème.

  • Laisser quelques jours à l’arrivée du chien pour prendre ses repères et se sécuriser
  • Après quelques jours, ne plus répondre à toutes les demandes de jeu ou de caresses du chien
  • Petit à petit, repousser doucement le chien de temps à autre et s’il insiste, lui indiquer son lieu de repos (coussin, panier, cage, niche, etc.)
  • Quelques minutes plus tard, rappeler le chien et prendre l’initiative du jeu ou des caresses
  • Répéter le tout plusieurs fois au cours de la journée
  • Ne pas tolérer que le chien «colle» partout dans la maison
  • Si c’est le cas, le ramener à son lieu de repos de temps à autre pour qu’il reste un peu seul
  • Placer le lieu de repos dans un endroit où il ne peut observer toutes les allées et venues des humains de la maison
  • Éviter le contact permanent avec le chien, qu’il soit physique ou visuel afin d’éviter l’anxiété de séparation

Une fois le chien bien adapté à une routine de solitude dans son lieu de repos même si le maître est dans la maison, débuter progressivement l’éducation durant l’absence du maître.

Il faut débuter par une absence de quelques minutes afin de pouvoir évaluer la réaction du chien à savoir s’il aboie, s’il hurle ou s’il détruit tout ce qui l’entoure.

  • Éviter une routine du départ devant le chien
  • Au revoir au chien (sois sage, je reviens vite, etc.) avant la sortie
  • Caresse au chien avant de sortir
  • Embrasser le chien avant de partir
  • Prendre ses clés
  • Mettre son manteau
  • Adopter une attitude naturelle sans jamais culpabiliser avant le départ
  • Éviter de faire du départ un événement important insécurisant encore plus le chien
  • Donner trop d’importance au départ ne fait qu’accroître l’anxiété chez le chien
  • Éviter de remplir la gamelle de nourriture avant le départ
  • Sécuriser l’environnement disponible du chien afin de lui éviter des blessures ou d’éviter qu’un objet trop fragile ne se retrouve en mille miettes
  • Sortir le chien pour qu’il puisse faire ses besoins environ 30 minutes avant de partir
  • Faire coucher le chien dans son lieu de repos et l’ignorer environ 30 minutes avant le départ (ce délai pourra être raccourci au fur et à mesure que le chien réagit bien à l’absence du maître)
  • S’il exécute une demande, le ramener à son lieu de repos
  • Éviter de partir à la sauvette, le chien doit voir partir son maître pour s’y habituer
  • Ignorer le chien environ 30 minutes au retour (ce délai pourra être raccourci si le chien ne détruit rien pendant l’absence du maître)
  • S’il approche, le retourner à son lieu de repos
  • Au retour, si le chien a fait des bêtises, ne pas le gronder afin d’éviter qu’il n’associe la punition au retour
  • Ramasser les dégâts en l’absence du chien

Selon l’âge du chien et de ses acquis, l’étape du détachement peut être courte ou plus longue selon le cas. Le chien est généralement prêt vers l’âge de 5 mois.

Avant ce temps, il n’est pas tout à fait assez mature et après ce temps, il peut alors être plus long à réaliser.

La situation doit être adaptée à chaque spécimen car chaque chien réagit différemment. Les délais et la façon de faire peuvent parfois devoir varier selon le chien et selon les habitudes du maître.

Après quelques fois où le chien vous voit partir et reste tranquillement dans son aire de repos sans défaire toute la maison, sans hurler ni aboyer, progressivement augmenter le temps où le chien est laissé à lui-même afin d’en arriver à ce que le chien se sente totalement en sécurité même en l’absence d’humains dans son environnement immédiat et peu importe le délai où il est laissé à lui-même.

Nouveaux produits disponible sur le marché canin

Tout d’abord, si vous devez partir plusieurs jours et ne pouvez pas amener votre chien avec vous, vous pouvez utiliser un service de garde de chien ou demander à un proche ou à un voisin d’en prendre soin pendant votre absence.

Ensuite, les phéromones d’apaisement sont de plus en plus utilisées par les professionnels canins afin de calmer et d’apaiser le chien seul en période d’anxiété favorisant ainsi son apprentissage et sa sécurité.

Les diffuseurs de phéromones d’apaisement sont très populaires et peuvent être utilisés dans plusieurs types de situations pouvant être plus stressantes pour le chiot ou le chien adulte.

Les diffuseurs utilisent les phéromones s’apparentant à celles sécrétées par la mère dans son sillon intermmamaire et servant à créer le lien d’attachement entre la mère et son chiot.

Ces phéromones d’apaisement semblent très efficaces afin de calmer et de sécuriser le chien.

Il s’agit d’un produit pouvant être utilisé conjointement à la période d’apprentissage, surtout lorsque le chien apprend à rester tout seul dans la maison.

Conclusion

Le maître doit toujours être l’initiateur des activités chez le chien. La mère est le premier chef de meute du chiot. Elle est ensuite remplacée par le chef de meute qui est celui qui a le pouvoir et le contrôle sur tous les membres de la meute. Le maître doit donc devenir ce chef de remplacement pour le chiot.

En tant que maître, il faut donc ignorer les demandes du chien et le ramener à son aire de repos pour ensuite retourner le chercher quelques minutes plus tard pour lui montrer que ce n’est pas à lui de prendre l’initiative mais que ce droit revient au maître en tout temps.

L’éducation du chien est souvent à l’inverse de celle de l’humain. On peut expliquer à un enfant comment agir mais on doit imposer au chien son comportement.

Le chef de meute ne demande rien, il exige la soumission des membres de sa meute tout en respectant chacun d’entre eux.

Le chien a besoin du respect de ses capacités canines par l’humain pour bien fonctionner mais il a également besoin de son encadrement soutenu afin de bien connaître ses repères et ainsi s’y référer au quotidien pour devenir un excellent compagnon de vie pour les années à venir.

Références Internet

www.e-sante.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page