auxiliaire de santé animale asa

L’auxiliaire de santé animale (ASA)

L’auxiliaire de santé animale ou ASA travaille généralement sous l’autorité d’un vétérinaire ou d’un technicien. Il peut facilement être le soutien en hygiène, en soins aux animaux ou pour certaines tâches administratives.

Il veille au respect des mesures d’hygiènes à l’intérieur du lieu de travail, il aide à préparer l’animal pour une consultation, un traitement ou une opération.

L’animalier ou ASA s’occupe généralement de l’hygiène et du bien-être de l’animal, surveillant également ses réactions et ses constances vitales pouvant ainsi aviser le technicien ou le vétérinaire en cas de problème de santé.

Comment devenir un auxiliaire de santé animale ?

Les spécifications pour devenir animalier ou ASA ne sont pas aussi exigeantes que celles pour devenir vétérinaire ou technicien spécialisé. Même si les exigences requises au niveau personnel ressemblent grandement à celles du technicien spécialisé, celles au niveau scolaire sont différentes et plus accessibles.

Pour devenir animalier ou ASA, il faut :

  • Aimer les animaux (bien évidemment)
  • Ne pas être y être allergique
  • Avoir une bonne dextérité manuelle
  • Savoir travailler de façon très méthodique
  • Avoir de la facilité à communiquer
  • Bien savoir travailler en équipe
  • Être autonome
  • Être empathique
  • Avoir de l’initiative
  • Avoir de la polyvalence
  • Avoir le sens des responsabilités
  • Avoir un bon sens de l’observation

Exigences pour devenir ASA

  • Âge minimum : 16 ans
  • Niveau scolaire exigé : 3e
  • Compétences recherchées : connaissances en biologie, en anatomie animale et en administration, grand sens de la psychologie et de l’observation au

Lieux de travail et tâches quotidiennes

L’auxiliaire de santé animale ou ASA peut travailler dans plusieurs endroits. Le contact direct avec les animaux peut aussi varier selon l’endroit choisi. 

Clinique privée ou Hôpital vétérinaire

  • Assister le vétérinaire ou le technicien spécialisé
  • Supervision de l’hygiène des lieux
  • Entretien et désinfection des enclos d’animaux
  • Désinfection du matériel et des instruments médicaux
  • Entretien et toilettage des animaux
  • Nourrir les animaux
  • Recevoir les clients (selon le cas)
  • Informer les clients (selon le cas)
  • Surveiller les constances de l’animal après traitement ou intervention chirurgicale
  • S’occuper des animaux en pension temporaire (les nourrir et les sortir)

Laboratoire de recherche 

  • Entretenir et soigner les animaux de laboratoire
  • Veiller à leur état de santé et leur alimentation
  • Veiller à l’hygiène des lieux en tout temps
  • Observer et s’intéresser de près aux animaux 

SPA (Société Protectrice des Animaux)

  • Assister le vétérinaire
  • Entretien des lieux
  • Soigner et nourrir les animaux
  • Veiller à l’hygiène et à l’entretien des enclos
  • Désinfection des enclos
  • Veiller au bien-être des animaux lors de leur séjour

Jardin zoologique

  • Supervision de l’hygiène des lieux
  • Entretien et désinfection des enclos d’animaux
  • Entretien et toilettage des animaux
  • Nourrir les animaux
  • Assister le vétérinaire ou le technicien si nécessaire
  • Participer à l’éducation des animaux
  • Informer les visiteurs (selon le cas)

Centre équestre

  • Nourrir et soigner les chevaux
  • Entretien des enclos
  • Préparer les chevaux à la course selon le cas
  • Sortir les chevaux
  • Brosser les chevaux
  • Veiller au bien-être et à la santé des chevaux
  • Observer et être à l’affût du bien-être et de la santé des chevaux

Conclusion 

L’auxiliaire de santé animale est de plus en plus reconnu et de plus en plus en demande. Les animaux prenant énormément de place dans la vie de tous les jours, peu importe lesquels, les métiers animaliers connaissent un essor considérable amenant les amoureux des bêtes à opter pour un travail au quotidien en contact direct avec leur meilleur ami.

Les exigences ne sont pas encore très difficiles à satisfaire pour devenir un auxiliaire de santé animale ou un ASA mais si la tendance se maintient, elles devraient monter. Auparavant, aucune formation n’était vraiment disponible. Désormais, beaucoup de nouvelles formations sont offertes afin de parfaire les connaissances et favoriser l’animalier à obtenir un bon emploi bien rémunéré et très enrichissant.

Wanimo publicité
Retour haut de page