Ariégeois

Infatigable et doté d’une belle endurance, l’Ariégeois est un excellent chien de chasse tout comme un très bon compagnon de vie. Les sportifs ou les chasseurs sont préférables si le maître veut suivre son chien. Par contre si le maître est sédentaire mais qu’il possède une grande propriété à la campagne ou un grand jardin à la ville, le chien sera très heureux de dépenser son énergie par lui-même et par la suite regagner son foyer et se reposer près de son maître.

Taille
53 à 60 cm
Poids
28 à 30 kg
Espérance de vie
10 à 13 ans

Aperçu rapide du Ariégeois

Physique

  • Tête de forme allongée sans fanon
  • Poil court, serré et fin
  • Yeux brun foncé
  • Queue portée en lame de sabre

Personnalité

  • Appliqué et endurant pour la chasse
  • Énergie mais plutôt lent
  • Sociable et docile
  • Affectueux et facile à vivre
Publicité

Physique du Ariégeois

De taille moyenne, l’Ariégeois possède un physique tout de même assez particulier. Sa tête de forme allongée sans fanon ni ride lui confère une allure tout de même très élégante. Ce chien léger et distingué est doté d’un physique bien musclé et d’une silhouette laissant deviner une belle force accompagnée d’une grande légèreté.

Taille : Entre 55 et 60 cm (22 à 24 pouces) pour le mâle.
Entre 53 et 58 cm (21 à 23 pouces) pour la femelle.
Poids : Entre 28 et 30 kg (62 à 66 livres) pour le mâle.
Entre 28 et 30 kg (62 à 66 livres) pour la femelle.
Couleur : La robe est blanche et noire parfois tachetée ou bleue avec des taches de couleur feu plus pâle au-dessus de yeux et sur les joues.
Poils : Le court poil est serré et très fin.
Morphologie : La tête allongée possède un crâne bombé au stop peu accentué. Les yeux sont d’un brun foncé. Les fines oreilles sont insérées bas et ne sont pas très longues mais dû à la forme de la tête, elles semblent plus longues qu’elles ne le sont en réalité. Elles peuvent facilement atteindre la truffe mais sans la dépasser. La truffe est noire. La queue portée gaiement en lame de sabre atteint pratiquement le jarret.

Le ariégeois, selon la nomenclature FCI, appartient au Groupe 6, section 12 et porte le #20.

Personnalité du Ariégeois

Très appliqué et endurant comme chien de chasse, il est très énergique mais assez lent pour un chien courant. Sociable et docile, il obéit très bien aux ordres et il fait preuve de beaucoup d’entreprise et d’initiative, surtout à la chasse.

Facile à vivre et très affectueux, il est d’une nature plutôt enjouée qui fait le bonheur des enfants. Nullement doué pour la garde, il aime tout le monde et il est sans danger pour toute la famille, grands et petits.

Adoption d'un Ariégeois

Vous possédez un élevage de Ariégeois ou connaissez un bon éleveur de cette race?

Aidez-nous à proposer des éleveurs consciencieux et respectueux de la race à tous ceux désirant adopter un Ariégeois dans votre région.

Trouver un bon éleveur pour son futur chien n'est pas toujours une tâche facile. Les petites annonces sont malheureusement trop souvent le repaire des usines à chiot. C'est pourquoi, qu'en plus de nos recherches et vérifications, nous tenons compte des expériences personnelles de nos utilisateurs dans notre sélection des meilleurs éleveurs.

Conseils à propos du Ariégeois

Points à considérer avant d'adopter un ariégeois

  • Ce chien très performant doit simplement avoir la chance de trouver un maître qui le comprendra et qui respectera son grand besoin d’exercice et ils pourront profiter d’une belle relation longue et agréable. L’Ariégeois est un excellent compagnon de vie très agréable et très facile à vivre. Il faut tout simplement le respecter et ensuite le découvrir totalement.

  • Le lieu idéal par excellence pour ce gentil chien est le plein air. Un grand jardin, la campagne ou tout autre endroit où il pourra dépenser sa très grande énergie lui sera extrêmement bénéfique. Si le maître est chasseur, alors là pas de problème, il pourra s’en donner à cœur joie lors des expéditions de chasse pour y dépenser son grand débordement et revenir à la maison en quête d’un repos bien mérité. Si le maître n’est pas chasseur, il doit prévoir un bel espace de plein air pour son compagnon de vie pour qui l’exercice intense et quotidien est essentiel à son bonheur et à sa santé autant physique que mentale.

  • Ce sympathique chien très docile est un tantinet timide. Même s’il est gentil avec tous, il est tout de même préférable de le socialiser très jeune autant avec les humains qu’avec les autres chiens. La douceur doit toujours prônée dans son éducation car il déteste l’agressivité et la violence.

Santé du Ariégeois

Très robuste et solide, l’Ariégeois est rarement malade. La race n’est reliée à aucune pathologie particulière et les chiens jouissent généralement d’une excellente santé. Après la chasse, une vérification des yeux et des oreilles est nécessaire pour éviter l’irritation ou l’infection mais aucune autre précaution n’est à appliquer. Il jouit également d’une belle longévité.

Entretien

Son entretien se limite au brossage une à deux fois semaine et au nettoyage de ses oreilles. Comme elles sont tombantes, il est essentiel de les vérifier et de les nettoyer régulièrement, surtout au retour de la chasse afin d’éviter l’insertion de corps étrangers et de prévenir les infections potentielles. Aucun autre entretien particulier n’est nécessaire dans son cas.

Histoire du Ariégeois

Originaire de France, l’Ariégeois provient de l’Ariège dans la région des Pyrénées Centrales sur le territoire français. La race fut créée par un croisement entre l’ancien Briquet de pays et un Chien courant autochtone de l’époque. Ce croisement fut suivi par l’apport du sang d’un Grand Bleu de Gascogne ou de celui du Grand Gascon Saintongeois, rien n’est confirmer sur lequel des deux a véritablement servi au croisement. Le comte Élie de Vézins fut l’initiateur de ces croisements. Il obtint comme résultat un chasseur supérieur à tous ses ancêtres réunis. Avec le temps, l’Ariégeois a conservé les caractères typiques de ses ancêtres mais avec plus de légèreté et moins de taille. Ce n’est pas le plus rapide des chiens de chasse mais il est endurant et très énergique.

Conçu d’abord pour la chasse, il était très apprécié pour celle aux petits gibiers mais le sanglier et le chevreuil peuvent également faire partie de ses proies. Très polyvalent, il peut très bien être utilisé autant en forêt, en lieux escarpés que tout simplement dans la plaine.

Officiellement reconnue en 1912, la race vit sa première inscription au LOF (Livre des Origines Français) seulement en 1960 et malgré la menace d’extinction de la race après la seconde guerre mondiale, le regain de celle-ci dans les années ’70 réussit à la maintenir en vie. Même si ce chien est fait à la base pour la chasse, il est de plus en plus apprécié comme chien de compagnie.