DogsPlanet.com » Tous nos articles sur la santé du chien » Examens et interventions » L’euthanasie et la mort du chien

L’euthanasie et la mort du chien

Auteur : Rémi

Qu’est-ce que l’euthanasie du chien?

L’euthanasie est caractérisée par la mise à mort du chien provoquée volontairement par l’injection d’un produit spécialisé. Grâce aux procédés utilisés par les vétérinaires, la mise à mort est rapide et non douloureuse pour l’animal.

La décision est souvent prise suite à une guérison impossible du chien ou lorsque le propriétaire veut ou doit se débarrasser de son animal pour diverses raisons.

L’euthanasie est l’objet de débats considérables chez l’être humain. Il en est un peu différent chez le chien, le propriétaire choisissant souvent cette option afin d’éviter à son chien une trop grande souffrance ou lorsque le chien est trop invalidé et que la vie au quotidien n’offre plus aucune qualité de vie à l’animal.

Peu importe la raison menant vers la décision de l’euthanasie du chien, le choix est toujours difficile et totalement déchirant.

Décider d’euthanasier son chien

mort du chien euthanasie

Même lors de l’achat d’un très jeune chien, il faut être conscient que son espérance de vie est beaucoup plus courte que celle de l’être humain. Donc, d’une façon ou d’une autre, le propriétaire doit un jour affronter la disparition de son ami très cher.

Vivre la mort de son chien est toujours difficile mais prendre la décision d’en finir est d’autant plus difficile pour le propriétaire aimant beaucoup son animal.

Lorsque un accident survient et qu’il est impossible de traiter le chien, il arrive alors que le vétérinaire suggère au propriétaire la seule option possible pour abréger les souffrances de l’animal.

Cette option peut également être envisagée lors de la présence d’une maladie incurable invalidant grandement le chien ou lui causant des souffrances intolérables.

Peu importe la raison, la décision de l’euthanasie de son chien est très difficile à prendre. Il s’agit vraiment du dernier recours possible lorsque toutes les autres options ont été éliminées.

L’euthanasie du chien

L’euthanasie est totalement sans douleur pour le chien. Elle agit très rapidement. En une fraction de seconde suivant l’injection, le chien meurt paisiblement et sans aucune souffrance.

Les vétérinaires injectent un produit qui arrête le cœur. L’injection peut se faire par voie intraveineuse ou par voie intracardiaque. Le produit injecté est utilisé en surdose afin que tout se passe sans douleur et très rapidement pour le chien. Une fois l’injection terminée, le vétérinaire vérifie que le cœur s’est bien arrêté. Il n’y a aucune possibilité de réveil chez le chien une fois l’euthanasie pratiquée.

Le processus peut se faire en présence du propriétaire du chien s’il désire accompagner son ami jusqu’à son dernier souffle. La façon de faire est très humaine et comme le chien n’a nullement le temps de souffrir, c’est un petit baume sur la douleur de son maître.

La mort du chien : douleur légitime

Lorsque le propriétaire du chien perd suite à un euthanasie son meilleur ami, il est confronté à une douleur très légitime. Les commentaires du genre «ce n’est qu’un chien» n’ont pas vraiment leur place. Pour certaines personnes, il est possible qu’il ne s’agisse «que d’un chien» mais généralement pour le maître, il en est souvent bien autrement.

Un compagnon à quatre pattes ayant partagé la vie d’un humain pendant plusieurs années a contribué à rendre son quotidien bien plus agréable et souvent bien moins solitaire. Le chien partage les joies et les peines de son maître.

Il est toujours content de retrouver les membres de sa famille que ce soit après le travail ou après l’école. Il partage les jeux, les soirées télé et les journées où le fait de relaxer tranquillement tout en caressant son meilleur ami couché sur ses pieds est de mise. Le chien est toujours là pour toute sa famille sans arrière pensée, sans calcul et généralement sans rien demander en échange.

Comment faire le deuil de son ami? Parce qu’il faut faire un deuil afin de pouvoir apprécier tous les moments passés avec lui au lieu de laisser la peine prendre toute la place et nous obliger à l’oublier totalement pour être capable de gérer la douleur. Il est primordial d’affronter cette douleur pour ensuite passer à la phase souvenirs et nostalgie légère.

Évidemment, selon la mort, il est parfois plus difficile et plus long de faire son deuil.

Mort naturelle

Lorsque le chien est vieux ou qu’il est malade depuis un certain temps, la disparition approche rapidement mais le maître peut prendre le temps de s’y préparer. Il peut ainsi profiter au maximum des derniers moments passés avec son chien et faire de ce temps précieux des moments à se souvenir et à chérir une fois le chien disparu.

Bien qu’il soit toujours difficile, le deuil s’en trouve tout de même plus tolérable, plus facilement réalisable et souvent plus court se transformant plus rapidement en bons souvenirs des moments vécus avec son chien. La peine se transforme alors tout doucement en nostalgie.

Mort accidentelle

Lorsque la mort est soudaine et totalement inattendue, la situation est souvent désastreuse pour les membres de la famille du chien. La colère mêlée au grand chagrin de la perte de son meilleur ami rend le deuil plus long et plus difficile à gérer.

Corps du chien

Il existe plusieurs options en fonction des vétérinaires et des régions.

  • Laisser le corps au vétérinaire qui s’occupe de la crémation où il est ensuite possible de récupérer les cendres
  • Enterrer le chien dans le jardin familial en respectant les conditions exigées par la municipalité
  • Incinérer le chien sur le terrain du domicile familial en respectant les conditions exigées par la municipalité
  • Prendre une place dans un cimetière animalier pour le corps ou les cendres

Chaque décision est unique et particulière à chaque famille selon si cette dernière vit à la campagne ou à la ville. Il est plus facile de gérer soi-même le corps de son animal lorsqu’on vit à la campagne sur un grand terrain qu’en appartement en centre urbain, les contraintes n’étant pas les mêmes.

Certains préfèrent le cimetière animalier et rendent visite à leur ami en faisant une promenade. Certains préfèrent le jardin familial afin de pouvoir se recueillir régulièrement sur la tombe de leur meilleur ami aussi souvent qu’ils le désirent.

Faire le deuil de son chien

La première étape est d’éviter de culpabiliser. Tout a été fait pour le bien du chien et il est inutile de tenter de revenir en arrière et de se poser un tas de questions inutiles ne pouvant plus rien changer au présent, il faut aller de l’avant.

Il faut éviter de chercher des coupables ou d’attribuer la responsabilité au vétérinaire qui a euthanasié le chien. Il fait généralement tout ce qu’il peut pour sauver les animaux.

Se sentir triste est tout à fait normal et si certains se moquent du chagrin causé par la perte du chien, il ne faut pas en tenir compte. Personne ne sait quel vide le départ du chien peut causer chez certains.

Ressentir un grand vide est également tout à fait normal car, généralement, un chien prend beaucoup de place dans une maison. Il est alors impératif de changer légèrement les habitudes, le temps que la peine soit remplacée par les bons souvenirs.

Certains ont besoin d’un autre compagnon pour les aider à faire le deuil du chien disparu. Il n’y a aucune honte ou culpabilité à vouloir un autre compagnon. Au contraire, désirer un autre chien est un hommage à celui disparu. Ce désir montre à quel point le chien fut un excellent compagnon poussant ainsi le maître à vouloir à nouveau partager ce genre d’amitié avec un autre ami quadrupède.

Même s’il ne remplace pas le disparu, le nouveau compagnon vient combler un vide dans lequel il peut prendre sa propre place auprès du maître éploré. Il faut cependant s’assurer de ne pas tomber dans le piège de la comparaison et bien comprendre que le nouveau compagnon sera différent et ne sera jamais comme le toutou adoré venant de disparaître.

Il peut être bénéfique d’en parler aux alentours. Il arrive très souvent que des personnes de l’entourage aient vécu la même peine et n’en aient jamais parlé. Le fait de partager les souffrances aide généralement à mieux les gérer.

Avec le temps, la douleur s’estompe et l’évidence que l’euthanasie du chien était la seule solution possible remplace le doute et la culpabilité pour ne laisser la place qu’aux bons souvenirs et même à sourire en pensant aux bêtises que le disparu a pu commettre au cours de son existence.

Lorsque les souvenirs et la nostalgie remplacent la souffrance, le deuil est fini. Le chien ne sera jamais oublié et restera toujours présent mais sa mémoire est maintenant empreinte de souvenirs et de bons moments passés en sa compagnie.

Conclusion

Comme le chien est considéré comme le meilleur ami de l’homme, il est normal que ce dernier éprouve de la peine lors de la perte de son meilleur ami.

Certains estiment que l’euthanasie du chien est impensable mais lorsque la souffrance est intolérable et que celui-ci ne peut plus compter sur la médecine pour le soulager ou pour le guérir, mettre fin à ses souffrances est une forme de respect et d’amour de la part du maître.

Même si pour le maître la décision est déchirante et très difficile, l’amour qu’il porte à son meilleur ami est tel qu’il est prêt à s’en séparer afin de lui éviter des souffrances supplémentaires.

Lorsque l’euthanasie est choisie en fonction du bien du chien en accord avec le vétérinaire, il ne s’agit alors nullement d’un crime mais bien d’un geste d’amour.

Références Internet

www.e-sante.fr

Articles similaires

Publier un commentaire