vaccins traitements chien

Vaccins et traitements

Prévention

Il est toujours préférable à l’arrivée d’un bébé chien dans la maisonnée de l’amener faire une petite visite chez le vétérinaire afin de partir du bon pied et éviter les désagréables surprises pouvant survenir plus tard dans la vie du chien. Une première consultation chez le vétérinaire pourra grandement aider à détecter certaines maladies congénitales de la race ou tout simplement confirmer l’excellente santé chez le chiot.

Vermifugation

Le premier traitement dont les chiots doivent absolument bénéficier est la vermifugation. Cette prévention est essentielle pour éliminer les parasites internes pouvant entraîner de graves conséquences et complications chez le chiot.

Il ne s’agit d’une question de qualité ou d’environnement, tous les chiens devraient être vermifugés. Qu’il soit de race ou bâtard, qu’il vive à la ville ou à la campagne, qu’il vive dans le jardin ou dans l’appartement, peu importe le chien, tous devraient recevoir le vermifuge le plus tôt possible.

Généralement, la vermifugation débute chez l’éleveur même. La première dose devrait effectivement se faire entre 12 et 15 jours après la naissance pour un traitement de 3 jours consécutifs. La meilleure méthode reste cependant l’injection chez le vétérinaire vers l’âge de 3 semaines mais selon les propriétaires ou les éleveurs, les comprimés peuvent également être la solution la plus facile ou la moins coûteuse selon le cas.

Idéalement, il faudrait vermifuger le chien régulièrement même à l’âge adulte même si la plupart du temps, ce sont seulement les chiots qui bénéficient de ce traitement.

Il est également recommandé de vermifuger la femelle en gestation pour éviter la contamination des bébés. Il ne faut cependant pas confondre vaccin et vermifuge. Vermifuger la femelle en gestation évitera la contamination des bébés en tuant les parasites présents dans l’organisme mais elle ne protège pas les chiots une fois qu’ils sont nés.

Le vermifuge est un passage obligatoire pour la bonne santé de tous les chiens et pour minimiser les risques de développement de certaines maladies pouvant être, à long terme, dangereuses, difficiles à guérir et parfois même mortelles.

Vaccination

À partir de 2 mois, il est possible de faire vacciner son chiot contre les principales maladies canines. Aucune vaccination n’est réellement obligatoire, sauf  pour la rage dans certains pays, elle reste toujours le choix du propriétaire de l’animal. Avec l’aide du vétérinaire, il est possible d’estimer quel virus pourrait menacer le chiot selon son habitat et son environnement. Il existe plusieurs maladies pouvant être prévenues par le vaccin, voici les principales habituellement recommandées par le vétérinaire :

Vaccin contre la rage

Généralement administré à partir de l’âge de 3 mois, il est administré par le vétérinaire à l’aide d’une seule injection à la fois. Le vaccin contre la rage n’est pas obligatoire partout mais certains pays l’exigent pour tous les chiens demeurant ou visitant le territoire. Si le chien doit voyager, il est donc préférable de s’informer sur les vaccins obligatoires à l’étranger.

Même s’il n’est pas obligatoire, il est toujours préférable de vacciner son chien contre la rage autant pour l’animal que pour le propriétaire et son entourage. La rage est une maladie contagieuse, dangereuse et mortelle pour tous les animaux et elle est malheureusement transmissible aux humains.

Du même coup, si le chien est vacciné contre la rage et que par inadvertance il mord un humain, le chien sera protégé contre une éventuelle demande d’injection mortelle par les autorités en cas de plainte officielle. Il peut alors y avoir une enquête et une mise en situation pour vérifier la condition du chien mais comme il est vacciné contre la rage, l’humain mordu ne sera pas en danger pour la contraction de cette terrible maladie et il est généralement plus facile de protéger le chien vacciné, s’il a mordu par protection ou par accident et non par la rage, et de contester une demande de mise à mort formelle de l’animal. Le propriétaire peut alors défendre son chien plus facilement en fonction des conditions pour lesquelles il a mordu.

Évidemment, il ne s’agit pas d’une injection unique sans rappel. Selon les produits, il peut s’agir d’un vaccin annuel ou renouvelable à tous les 2 ou 3 ans selon le cas. Les produits utilisés et les coûts reliés à ces produits varient selon les vétérinaires et selon le poids de l’animal.

Vaccin contre la maladie de Carré ou Distemper canin

Cette maladie contagieuse peut toucher tous les chiens, jeunes ou âgés. Elle provoque des tremblements, de la fièvre, un écoulement nasal, une infection respiratoire, une infection oculaire, des vomissements et/ou des diarrhées et elle peut être mortelle.

Vaccin contre la parvovirose

Principalement rencontrée dans les lieux à forte concentration canine comme les animaleries, les refuges ou les chenils, la parvovirose s’attaque généralement à l’appareil gastro-intestinal et provoque une diarrhée virale parfois saignante, des vomissements, un refus de s’alimenter et elle peut aussi être mortelle.

Hépatite contagieuse canine ou Maladie de Rubarth

Même si elle est de plus en plus rare, elle est souvent contractée au contact d’un animal sauvage ou par un autre chien déjà contaminé. Elle est donc contagieuse et peut être mortelle. Le chien peut faire de la fièvre, peut refuser de s’alimenter et peut souffrir de différentes infections oculaires.

Toux du chenil

Comme son nom l’indique, elle se contracte principalement dans les chenils ou les élevages. Elle se caractérise généralement par une toux violente. Le vaccin est parfois exigé avant la mise en pension temporaire d’un chien.

Piroplasmose

Dès 5 mois, il est possible pour le chiot de recevoir ce vaccin. Il s’agit de la maladie transmise par les tiques. La tique peut transmettre la piroplasmose pouvant provoquer une jaunisse fatale chez l’animal.

Leptospirose

Transmise par l’urine des rongeurs ou de la vermine, elle peut provoquer une infection rénale et une infection hépatique chez le chien pouvant aller jusqu’à causer la mort de l’animal.

La vaccination est généralement sans douleur pour l’animal et ne provoque habituellement aucun effet secondaire. Comme tous les vaccins sont généralement renouvelables annuellement, il y a un certain coût relié à cette prévention. Cependant, le coût des vaccins est moins élevé que celui des soins vétérinaires devant être appliqué en cas de contraction d’une maladie.

La vaccination demeure en tout temps le choix du propriétaire du chien.

Stérilisation

Beaucoup d’interrogations sont suscités chez les propriétaires de chiens par cette question. Doit-on stériliser son animal? Si oui, cette pratique chirurgicale doit être envisagée, de préférence, très tôt dans la vie du chien. À savoir si le propriétaire doit ou non faire stériliser son animal, il s’agit d’une question très personnelle mais dont la santé du chien doit fortement être prise en considération.

Femelle

Si la femelle n’est pas destinée à la reproduction, il est toujours recommandé de procéder à une stérilisation précoce, c’est-à-dire vers l’âge de 6 mois pour les chiennes de petite race et vers l’âge de 10 mois pour les chiens de grande race.

La stérilisation de la chienne la protège contre certaines maladies liées à l’action des hormones dans l’organisme. Lorsque la femelle est stérilisée après ses premières chaleurs, les risques de tumeurs mammaires, de pyomètre (pus utérin) ou de kystes ovariens diminuent de façon considérable.

En supprimant les chaleurs de la chienne par la stérilisation, les possibilités de grossesse nerveuse sont totalement éliminées et l’opération réduit les risques de crises d’épilepsie dû souvent à une trop grande nervosité de la chienne. La chienne n’aura plus aucun saignement vaginal et les mâles des environs ne viendront plus faire le pied de grue devant la porte de la demeure familiale. Il n’y aura plus aucun danger de gestations surprises et non désirées.

La stérilisation chez la femelle consiste en l’ablation partielle ou totale des organes génitaux. L’hystérectomie est l’ablation de l’utérus, l’ovariectomie est l’ablation des ovaires et l’ovariohystérectomie est l’ablation de l’utérus et des ovaires. Le vétérinaire procède généralement à une ablation totale, donc à l’ovariohystérectomie pour éviter toutes les maladies potentielles et éliminer toutes les productions hormonales chez la chienne.

Mâle

La stérilisation du mâle est également un choix personnel. S’il n’est pas destiné à la reproduction, il est toujours recommandé de faire stériliser le mâle vers l’âge de 6 mois pour les petites races et vers 10 mois pour les grandes races.

Comme la femelle, la castration lui permet de demeurer en bonne santé plus longtemps. Elle prévient généralement les tumeurs des testicules, les bagarres avec les autres chiens et les envies de prendre régulièrement la poudre d’escampette, surtout lorsque les femelles avoisinantes sont en chaleur. Généralement, le chien stérilisé est plus calme que celui non castré.

La castration du mâle évite de féconder par accident les chiennes avoisinantes et réduit considérablement l’envie fréquente de ce dernier de marquer son territoire en urinant un peu partout où il passe.

Comme pour toutes les interventions médicales ou autres, la décision revient au propriétaire du chien. Les décisions doivent prises en considérant tous les facteurs canins et humains. La reproduction ou non, la santé de l’animal, les risques potentiels de fécondation non désirée et la vision du propriétaire sont tous des facteurs faisant partie de la décision finale appartenant toujours et avant tout au propriétaire du chien.

Le vétérinaire reste toujours la meilleure personne à consulter avant de finaliser la décision.

Parasites

Chez le chien, il existe les parasites externes et les parasites internes. Autant un que l’autre sont nocifs pour l’animal et leur traitement dépend du parasite en question. Certains parasites sont très connus et d’autres moins. D’une façon ou d’une autre, qu’ils soient connus ou non, les parasites sont toujours désagréables autant pour l’animal que pour son maître et certains sont même très dangereux pour la santé de l’animal nécessitant parfois une intervention médicale très rapide.

Parasites externes du chien

Puces

Les fameuses puces arrivent au premier rang du palmarès des parasites connus et les moins désirés autant par le chien que par le maître. Elles sont facilement repérables, comme leurs déjections, dans le pelage du chien.

Les puces adultes vivent dans le pelage de l’animal. Comme elles ont besoin de sang pour pondre, elles sucent celui de l’épiderme du chien. Elles peuvent facilement aspirer jusqu’au 15 fois leur propre poids.

Les œufs des puces peuvent tomber du poil et se répandre partout dans la maison. Le panier du chien, le coussin, le divan, le tapis, le fauteuil ou le lit du maître peuvent facilement s’infester si aucun traitement n’est appliqué. Les traitements ont grandement évolué et il est beaucoup plus facile à présent de se défaire des puces et même de les prévenir.

Les puces peuvent piquer l’être humain sans toutefois demeurer sur sa peau.

Symptômes

  • Démangeaison amenant l’animal à se gratter ou à se mordiller constamment
  • Réaction allergique à la salive du parasite
  • Formation de croûte
  • Perte de poils
  • Infection de la peau
  • Anémie chez le chiot ou chez le chien âgé
  • Ténia ou ver solitaire (si le chien se lèche et avale les parasites)

Traitement

Traitement obtenu chez le vétérinaire pour tuer les puces existantes adapté au chien pour se débarrasser des puces adultes et lutter contre les œufs, les larves et les chrysalides (différentes étapes de l’évolution de la puce).

Bien nettoyer tous les paniers, fauteuils, tapis, moquettes, divans, coussins, etc. qui ont été en contact avec le chien afin de bien se débarrasser des puces dans toutes les étapes de leur évolution.

Prévention

Les produits «spot-on» sont les plus utilisés à présent pour contrer l’apparition des puces et protéger le chien contre celles-ci. Il n’empêche pas le chien d’attraper les puces mais le produit empêche la reproduction de ces dernières. Même si elles piquent le chien, elles ne peuvent se reproduire le sang étant comme stérilisé par le produit «spot-on». Ne pouvant se nourrir ni se reproduire, la puce ne vivra pas très longtemps et aucune autre puce ne fera son apparition dans le pelage du chien. Cette mesure de prévention est applicable mensuellement durant la saison à risque. Les coûts varient selon le produit et selon le poids du chien.

Shampoing, collier et poudre contre les puces sont également disponibles.

Tiques

Ce sont des acariens mesurant quelques millimètres également suceurs de sang chez le chien. Vivant principalement dans les hautes herbes et les haies, elles se fixent généralement directement sur la peau du chien. Différents agents pathogènes peuvent être transmis au chien par la tique, le plus connu étant le Babesia canis provoquant la piroplasmose.

Symptômes

La tique ne provoque généralement pas de symptôme par elle-même mais elle est très visible étant bien accrochée à la peau du chien. Elle forme une boule facile à détecter.

Traitement

Une fois accrochée à la peau, il faut enlever la tique.

Utiliser un crochet anti-tique, l’engager à la base de la tique contre la peau, l’aborder par le côté jusqu’à ce qu’il soit maintenu, soulever légèrement le crochet, tourner comme un tournevis est la façon idéale d’enlever la tique.

La tique se détache généralement d’elle-même après quelques tours.

Désinfecter la lésion avec de l’alcool.

Prévention

Utiliser des produits insecticides (bombe, poudre, collier, etc.) pour protéger le chien surtout lors des promenades dans les bois, les champs ou les prairies aux grandes herbes.

Inspecter la fourrure de l’animal après chaque promenade ou sortie afin de permettre de détecter les tiques avant qu’elles ne pénètrent dans la peau, elles sont ainsi plus faciles à enlever.

Poux

Ce sont de petits insectes sans ailes vivant sur la peau de l’animal. Les démangeaisons sont importantes pour le chien et les poux peuvent provoquer la phtiriase (dermatose provoquée un grattage intense). Comme dans les cheveux humains, les poux du chien pondent leurs œufs (lentes) qui se fixent sur les poils. On peut apercevoir les lentes sur les poils du chien lors d’une vérification comme les poux sur la peau de l’animal.

Ils ne sont cependant pas transmissibles à l’être humain.

Symptômes

  • Démangeaison
  • Dermatite avec rougeurs cutanées

Traitement

  • Utiliser un shampoing médicamenteux spécialisé pour les poux du chien pour tuer les parasites adultes
  • Refaire 2 à 3 autres shampoings à une semaine d’intervalle pour éliminer les lentes ou autres formes ayant évolué entre-temps.
  • Traiter tous les chiens de la maison
  • Désinfecter toutes les brosses et tous les peignes

Prévention

Vérifier régulièrement la fourrure du chien pour éviter la contamination massive

Mites ou acariens des oreilles

Ils sont généralement transmis par le contact avec les autres animaux; rongeurs, chats ou autres chiens. Ils se nourrissent des débris de peau et s’attaquent au conduit auditif externe ainsi qu’au lobe interne de l’oreille du chien.

Ces insectes ne sont pas transmissibles à l’être humain.

Symptômes

  • Démangeaison amenant le grattage fréquent de l’oreille contaminée
  • Secouage de tête fréquent
  • Liquide virevoltant à l’extérieur de l’oreille lors du secouage

Traitement

Médical prescrit par le vétérinaire

Prévention

Vérification fréquente et nettoyage régulier des oreilles

Parasites internes du chien

Vers plats (ténias ou cestodes) ou vers ronds (nématodes)

Tous les chiens sont susceptibles d’être infestés par les parasites internes. Aucune race ou aucune condition de vie ne peut préserver le chien contre ces parasites internes. Le chiot peut avoir été contaminé par les vers existants dans l’utérus de sa mère ou par l’intermédiaire du lait s’il n’a pas été vermifugé correctement tandis que le chien adulte peut facilement ingérer des larves provenant d’un milieu externe.

L’infection interne est plutôt difficile à détecter surtout si elle est légère.

Symptômes

  • Poil terne
  • Démangeaison anale constante
  • Vers blancs dans les selles
  • Fatigue constante
  • Perte d’appétit
  • Diarrhée ou vomissements
  • Perte de poids considérable
  • Allergie

Traitement

Médical prescrit par le vétérinaire après un examen du chien et de ses selles

Prévention

Vermifuge appliqué de façon régulière

Vers du cœur (Dirofilariose)

Il s’agit d’un ver rond (nématode) qui peut facilement atteindre jusqu’à 30 cm (12 pouces) et qui se loge dans l’artère pulmonaire et dans le ventricule droit du cœur, d’où leur nom de vers du cœur. Plusieurs parasites peuvent à la fois cohabiter dans le cœur.

Les vers pondent directement dans le sang, les moustiques (maringouins) absorbent leurs larves et piquent l’animal. Selon le degré d’infestation par le chien, les symptômes peuvent varier.

Symptômes

  • Grande fatigue à l’effort
  • Toux constante
  • Trouble cardiaque

Traitement

Médical soit par médicaments ou par chirurgie mais comportant de grands risques pour la santé du chien. Il est très difficile et très risqué de traiter un chien atteint par les vers du coeur

Prévention

Administrer un traitement adéquat régulier prescrit par le vétérinaire pour le chien vivant dans une zone à risque

Références Internet

https://www.holloman.af.mil/News/Photos/igphoto/2000157980/

Autres références

Le guide du chiot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page