DogsPlanet » Santé » Maladies » La leishmaniose chez le chien

La leishmaniose chez le chien

Auteur : L'équipe DogsPlanet.com

Qu’est-ce que la leishmaniose chez le chien?

La leishmaniose chez le chien est une maladie parasitaire grave transmise par un moustique vivant principalement dans les climats plus chauds de la planète. Les phlébotomes (variété de mouche) sont responsables de la transmission de cette maladie. Les piqûres des moustiques contaminent les chiens entre eux. La transmission s’effectue de chiens porteurs à chiens sains par les phlébotomes, plus communément appelés les «mouches des sables».

Le phlébotome ne vit que dans certaines parties du globe donc l’aire de répartition de la leishmaniose dépend entièrement de l’habitat établi par ce moustique. Dû à son climat, le Bassin Méditerranéen européen est principalement touché par la maladie de même que la région méditerranéenne française, le Sud-Ouest de la France et certains endroits dans la région Rhônes-Alpes en Europe.

La mouche des sables est également très répandue en Amérique latine. Certains pays sont beaucoup plus marqués que d’autres par l’essor de la maladie où l’intensité se situe généralement dans une période allant du mois de mai à septembre, voire même parfois octobre lorsque l’été prend tout son temps.

  • Algérie
  • Égypte
  • Espagne
  • France
  • Grèce
  • Israël
  • Italie
  • Libye
  • Malte
  • Maroc
  • Portugal
  • Tunisie
  • Turquie

Le temps entre la contamination du chien et l’apparition des premiers symptômes, soit la période d’incubation, peut parfois prendre plusieurs mois. Lorsque les symptômes apparaissent chez le chien, il est souvent trop tard pour réagir.

Quelles en sont les causes?

La maladie parasitaire chronique est due à un organisme microscopique, soit un protozoaire parasite, se reproduisant dans certaines cellules de l’organisme canin.

Une fois le chien infecté, les parasites se multiplient dans les macrophages (globules blancs) contenus dans le sang de l’animal. Comme les globules blancs protègent l’organisme contre les agressions extérieures, ils sont présents dans plusieurs organes.

Les parasites se répartissant dans les globules blancs, ils peuvent alors facilement se répandre à plusieurs niveaux expliquant ainsi les multiples symptômes se rattachant à la maladie. La mouche des sables infecte le chien par la maladie qui peut parfois se répandre par la suite aux organes internes de l’animal.

Ce ne sont pas tous les chiens piqués qui développent la leishmaniose.

Les phlébotomes sont des unicellulaires microscopiques appelés Leishmania infantum. Il s’agit d’un moustique très velu. La mouche des sables est un moustique minuscule pouvant mesurer de 2,5 à 3 mm (1/8’’). Le moustique est très actif durant la nuit. Son vol très silencieux et sa minuscule taille lui permettent de se poser très facilement sans être repéré au préalable.

Les races principalement affectées

Tous les chiens vivant dans les climats plus chauds, principalement en Europe et en Amérique du Sud, peuvent attraper la maladie par la piqûre du moustique un jour ou l’autre.

Aucune race particulière n’est plus apte qu’une autre à contracter cette maladie parasitaire. Les chiens voyageant avec leur maître ou habitant dans les régions à risque ayant un contact avec la mouche des sables sont tous aptes à attraper la leishmaniose.

Les symptômes de la leishmaniose chez le chien

La période d’incubation de la maladie étant très longue, il est souvent difficile d’associer les symptômes du chien à la leishmaniose. Pourtant, cette maladie est très grave et souvent mortelle pour l’animal. Les symptômes peuvent varier selon la localisation des parasites dans l’organisme canin. Ils peuvent apparaître séparément ou simultanément selon le cas.

  • Fièvre
  • Dépilation
  • Perte d’appétit
  • Maigreur
  • Lésion et/ou ulcération cutanée
  • Longueur de griffes anormale
  • Anémie
  • Maladie rénale
  • Maladie oculaire
  • Maladie articulaire

En cas de doute, ne jamais hésiter et consulter rapidement un vétérinaire afin de limiter les dégâts pouvant être engendrés par la maladie.

Le diagnostic de la maladie

Comme la localisation des parasites dans l’organisme du chien provoque des symptômes différents, il est très difficile pour le vétérinaire d’établir un diagnostic de leishmaniose. Si plusieurs symptômes correspondent à la maladie, le vétérinaire peut alors la suspecter à condition que le chien ait vécu ou voyagé dans les régions à risque.

Certains examens peuvent guider le vétérinaire vers un diagnostic de leishmaniose.

Examens sanguins

  • Sérologie
  • Électrophorèse des protéines

Analyses de peau

  • Calque
  • Biopsie

Analyses de la moelle osseuse

Analyses des ganglions

Soins et traitements

Les pronostics concernant la leishmaniose ne sont pas toujours les meilleurs.

Les traitements sont souvent très longs et mal supportés chez certains chiens. Généralement, il diminue ou aide à faire disparaître les symptômes mais il ne réussit habituellement pas à éliminer tous les parasites présents dans l’organisme. Les rechutes sont donc fréquentes.

Certaines lésions, comme les lésions rénales par exemple, sont irréversibles, diminuant ainsi les chances de bons pronostics en présence de la maladie.

Il existe un traitement pouvant être réalisé sous forme d’injections accompagné d’une médication orale. La fréquence et la durée sont variables selon chaque cas. Il est souvent très long et peut même devoir être administré au chien pour le restant de ses jours, s’il supporte bien le traitement, ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas.

La prévention de la leishmaniose chez le chien

Comme certaines régions précises du globe sont principalement touchées par la maladie, avant de s’y aventurer avec son animal, il est primordial de vérifier si la leishmaniose est présente dans la région prévue sur l’itinéraire de voyage.  Comme il s’agit en plus d’une zoonose, non seulement le chien peut être affecté par la piqûre mais le maître également.

La prévention est donc très difficile.

Cependant, si le chien habite ou voyage dans les régions chaudes séjournant dans un lieu champêtre ou dans une surface plus boisée de la ville, l’utilisation de produits insecticides est grandement conseillée. Le collier anti-parasitaire ou la pipette peut grandement aider à protéger le chien contre les agressions parasitaires.

Récemment, une vaccination fut mise sur le marché pouvant être administrée au chien pour le protéger s’il est à risque d’être en contact avec le moustique parasitaire. Un dépistage est nécessaire avant la vaccination pour déterminer si le chien n’est pas déjà porteur car il est conseillé d’administrer le vaccin qu’aux chiens négatifs.

Après vingt ans de recherche sur la maladie, un vaccin est maintenant disponible sur prescription vétérinaire pouvant être administré chez les chiens âgés de six mois et plus. Le vaccin consiste en trois injections pouvant être administrées au chien à trois semaines d’intervalle. La vaccination doit par la suite se poursuivre à raison d’une fois par année.

Entre la première injection et l’immunité du chien, le délai sera de dix semaines car un délai de quatre semaines est nécessaire après la dernière injection pour que le chien soit immunisé contre la maladie.

En cas de voyage ou de déménagement dans une zone à risque pour le chien, il est préférable de prévoir le début de la vaccination à l’avance afin que l’immunité chez l’animal soit totale avant le grand départ.

Est-ce transmissible?

La leishmaniose est une zoonose mais l’être humain se trouve généralement contaminé lorsque son système immunitaire est déjà affaibli. Les personnes âgées et les enfants sont souvent plus à risque chez l’être humain.

Le moustique étant le vecteur (hôte) de la maladie, il peut la transmettre aux chiens, à de nombreux mammifères et même à l’homme.

Les chiens porteurs ne développent pas tous la maladie. Le parasite est parfois hébergé chez le chien sans que ce dernier ne soit affecté par la maladie elle-même.

Recours légaux

La leishmaniose n’est pas un vice rédhibitoire et ne peut généralement faire l’objet d’aucun recours légal.

Conclusion

Bien protéger son chien contre les éventuelles agressions extérieures est généralement la meilleure option. Prévenir vaut toujours mieux que guérir dans bien des cas. Pour la leishmaniose, la prévention est préférable car la guérison totale ne fait malheureusement pas toujours partie des options.

0 commentaires

Articles similaires

Publier un commentaire