Bouvier des Ardennes

Cet excellent défenseur de la veuve et de l’orphelin est un chevalier dans l’âme. Son allure un tantinet hirsute cache un grand cœur sur quatre pattes qui ne pense qu’à protéger et défendre sa famille. À l’aise dans toutes les situations, le Bouvier des Ardennes défend et protège ses brebis ou sa famille comme s’il en était le seul responsable. Grandement utilisé pour la garde des familles et de leurs propriétés,  il n’est tout de même répandu que dans son pays d’origine. La race demeure restreinte et les spécimens sont assez rares.

Taille 55 à 65 cm
Poids 25 à 35 kg
Espérance de vie 11 à 12 ans

Physique

  • Aspect général rustique
  • Ossature lourde
  • Construction puissante
  • Allure plutôt ébouriffée

Personnalité

  • Gentil et affectueux
  • Grande facilité d'adaptation
  • Réservé avec les inconnus
  • Obéissant

Santé

  • Rustique et robuste
  • Rarement malade
  • Dysplasie de la hanche
  • Généralement en excellente santé

Physique du Bouvier des Ardennes

bouvier des ardennes

Taille

Entre 55 et 65 cm (21.65 à 25.59 pouces) pour le mâle
Entre 55 et 65 cm (21.65 à 25.59 pouces) pour la femelle

Poids

Entre 25 et 35 kg (55.12 à 77.16 livres) pour le mâle
Entre 25 et 35 kg (55.12 à 77.16 livres) pour la femelle

Couleur

La robe peut être de toutes les couleurs possibles.

Poil

Le poil bouclé est rugueux et d‘une longueur d‘environ 5 cm (2 pouces) sur le corps mais il est plus court sur les membres et la tête.

Morphologie

La large tête au crâne plat et au stop marqué est très massive. Les yeux foncés sont d’une forme ovale et d’une grandeur moyenne et ne sont pas trop écartés l’un de l’autre. Les petites oreilles sont rabattues sans être coupées. La large truffe est noire. Plusieurs sujets sont anoure (nés sans queue) ou tout simplement brachyoures (à la queue courte).

Selon la nomenclature FCI, cette race de chien appartient au groupe 1, section 2 et porte le #171

Personnalité du Bouvier des Ardennes

Gentil et affectueux, le Bouvier des Ardennes est d’une grande facilité d’adaptation. Réservé avec les inconnus, c’est un excellent gardien et un bon défenseur qui ne recule devant rien pour la protection des siens.

Obéissant, son éducation est facile mais doit être ferme car il est facilement agressif envers les étrangers.

bouvier des ardennes personnalité

Conseils à propos du Bouvier des Ardennes

Sédentaire ou sportif, tant que le maître est présent, il peut posséder un Bouvier des Ardennes. Utilisé à l’époque pour la conduite et la garde des troupeaux, il est devenu aujourd’hui un excellent gardien de famille et de leurs biens. C’est un défenseur hors pair et il n’hésite pas à protéger les siens peu importe le danger. Son courage est sans pareil et il peut même devenir agressif si nécessaire.

Il peut vivre à peu près n’importe où. Il est très rustique et apprécie la vie à l’extérieur mais il peut facilement s’adapter à l’intérieur du foyer si le maître y est bien présent.

Sa méfiance innée des étrangers doit être maîtrisée très tôt avec une bonne éducation ferme. Elle est essentielle afin de limiter son agressivité naturelle envers les inconnus. Il est naturellement obéissant mais le maître doit tout de même être la hauteur pour l’éducation afin qu’elle soit parfaitement adéquate.

Santé du Bouvier des Ardennes

Ce chien très rustique et robuste est rarement malade. Quelques cas de dysplasie de la hanche sont parfois notés mais ce n’est pas une pathologie affectée à la race directement. Il jouit généralement d’une excellente santé et d’une bonne longévité.

TOILETTAGE

Son poil à l’allure totalement ébouriffée nécessite un bon brossage de temps à autre. Même si sa robe affiche toujours un air dépeigné, le brossage lui assure une bonne santé. Aucun entretien particulier n’est à appliquer dans son cas.

Histoire du Bouvier des Ardennes

Originaire de Belgique, le Bouvier des Ardennes a toujours été sélectionné pour ses aptitudes. Il proviendrait, selon certains, d’un croisement entre le Berger de Picardie et le Belgian Cattle Dog tandis que d’autres pensent qu’une race autochtone belge aurait évoluée au XVIIIe siècle grâce à des croisements avec des chiens de berger locaux.

Appelé «chien des vaches» dans les Ardennes belges, son nom lui provient, non pas de son physique mais plutôt de la pratique de la conduite et la garde des bovins et de la région où ses fonctions étaient exécutées.

Le type de chien fût façonné à l’époque pour résister au rude climat et pour l’adapter au relief accidenté et au dur labeur spécifique et pénible de ces régions.

Au siècle dernier, les sujets étaient choisis parmi les plus performants et les plus rustiques pour la conduite des troupeaux, la plupart du temps les moutons et les vaches laitières mais également les chevaux et les porcs.

Le Bouvier des Ardennes fut, au XIXe siècle, utilisé pour la traque au sanglier et au cerf et il devint le chien du braconnier durant les deux grandes guerres. Vers la fin du siècle, il est devenu beaucoup plus mordant et beaucoup plus costaud.

Une exposition eut lieu à Liège en 1903 où le premier chien de bouvier fut découvert par le Professeur Reul et en 1913, la «Société liégeoise pour l’amélioration du chien de bouvier de la province de Liège et des Ardennes» en rédiga le premier standard. Le standard officiel fut finalement publié en 1923 en Belgique et la FCI (Fédération Cynologique Internationale) le reconnut en 1963.

Partager cet article :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page