Shipperke

Petit batelier

Malgré ses nombreuses qualités, le Shipperke est essentiellement utilisé comme chien de compagnie de nos jours. Son bon caractèr,e et son excellent tempérament en font un chien apprécié de tous les genres de familles, voulant bénéficier de la présence d’un ami à quatre pattes gentil, doux, sociable, affectueux, joyeux, bon joueur, patient et présent, tout en bénéficiant d’un excellent système d’alarme.

Taille 20 à 30 cm
Poids 3 à 9 kg
Espérance de vie 13 à 15 ans
Pays d’origine Belgique

Aperçu rapide du Shipperke

Personnalité

  • Agile et éveillé
  • Infatigable
  • Actif, vif et très curieux
  • Grande joie de vivre

Physique

  • Solidement bâti
  • Silhouette courte et trapue
  • Ossature plutôt fine
  • Aspect général très élégant

Santé

  • Robuste et solide
  • Aucune pathologie particulière
  • Généralement en excellente santé
  • Longévité très appréciable

La personnalité du Shipperke

Agile, éveillé, remuant, infatigable, actif, vif et très curieux, le Schipperke dégage une joie de vivre et une gaieté très communicative. C’est le chien de compagnie par excellence.

Intuitif et très intelligent, il est facile à éduquer. Son éducation doit cependant être exécutée avec douceur, et dans le plus grand des calmes. Elle ne pose généralement aucune difficulté.

Utilisé pour la garde, malgré sa petite taille, et pour la compagnie, le Shipperke est apprécié pour sa joie de vivre constante et communicative.

Il aime tout le monde  et semble toujours d’une humeur égale,  faisant le bonheur de toute la famille.

S’adaptant à toutes les situations possibles, il ne semble jamais perturbé par le moindre changement. Ce petit chien, très doux avec les tout-petits, adore touts les jeux, et met souvent à profit sa gaieté pour amuser la galerie.

Le physique de cette race

schipperke

Solidement bâti, le Schipperke est un véritable berger, mais en format réduit.

Sa silhouette courte, trapue, mais tout de même assez large, est construite toute en harmonie.

Malgré une structure forte, ses membres sont dotés d’une ossature plutôt fine.

Physiquement, il ressemble grandement à un Berger belge, mais petit, et sans queue. Bien musclé et bien structuré, il offre un aspect général très élégant.

Taille

Entre 20 et 30 cm (7.87 à 11.81 pouces) pour le mâle
Entre 20 et 30 cm (7.87 à 11.81 pouces) pour la femelle

Poids

Entre 3 et 9 kg (6.61 à 19.84 livres) pour le mâle
Entre 3 et 9 kg (6.61 à 19.84 livres) pour la femelle

Couleur

La couleur officielle de la robe est d’un beau noir zain. Cependant, en Amérique, certains élevages possèdent des spécimens à la robe fauve ou de couleur foie.

Poil

Le long poil généralement noir de la robe est imperméable. Il est abondant, dur, droit, dense, ferme et plutôt sec.

Il forme un plastron fourni sur les culottes, de même qu’une jolie crinière. Il est doté d’un sous poil serré mais très doux.

Morphologie

La tête est dotée d’un front large, et d’un stop bien marqué. Les yeux, d’un joli brun foncé, sont en forme d’amande.

Les petites oreilles triangulaires et droites sont pointues, et attachées haut. La truffe est toute noire.

La queue est généralement coupée, mais lorsqu'elle est naturelle, elle est plutôt longue, atteignant au moins le jarret.

Selon la nomenclature FCI, cette race de chien appartient au groupe 1, section 1 et porte le #83

Conseils à propos de ce chien

Excellent chien de compagnie, il fait un très bon chien de garde. Même s’il est petit, il n’hésite pas à sanctionner toutes les situations anormales par des aboiements tonitruants. Il évite les intrusions de personnes malveillantes en les dissuadant fortement de la voix. C’est un avertisseur hors pair.

Plutôt réservé avec les étrangers, sa socialisation ne doit pas exacerber cette méfiance naturelle envers les inconnus.

Nullement agressif, ce petit chien défend tout de même les siens envers et contre tout, en aboyant bruyamment à la moindre situation jugée anormale.

Il peut vivre n’importe où, pouvant très bien s’adapter sans le moindre problème.

Cependant, sa voix tonitruante peut parfois incommoder certains voisins.

S’il vit en ville, mais profite d’un grand jardin, il sera intraitable avec les nuisibles osant s’aventurer sur son territoire.

La santé du Shipperke

Sa fourrure, généralement toute noire, nécessite un brossage régulier, au minimum une à deux fois par semaine.

Le brosser et le peigner régulièrement protège son pelage, et l’aide à demeurer propre, sain et beau. Aucun autre entretien n’est nécessaire dans son cas.

TOILETTAGE

Plutôt robuste et solide, ce petit chien n’est affecté par aucune pathologie particulière ni aucune maladie génétique.

La race n’est reliée à aucune tare congénitale, et les spécimens jouissent généralement d’une excellente santé, étant très rarement malades. Sa longévité est également très appréciable.

Son histoire et ses origines

Le Shipperke est d’origine très ancienne. Dès le XVIIe siècle, des documents parlent d’un chien, ressemblant grandement au Schipperke, vivant avec les cordonniers oeuvrant dans le quartier Saint-Géey de Bruxelles.

Ces mêmes cordonniers organisaient à cette époque des expositions canines, où les chiens étaient jugés en fonction de leur collier de cuivre, fabriqué par les artisans de la place.

Il apparaît qu’un cordonnier, ayant reçu un mauvais résultat lors d’une exposition aurait, de rage, tranché la queue du chien ayant remporté la compétition.

Le chien anoure aurait eu tout un effet et à partir de ce jour, les propriétaires de Schipperke se mirent par la suite à couper la queue de leur chien.

Issu de la région Bruxelles-Louvain en Belgique, le Schipperke tiendrait son nom du néerlandais signifiant «petit navigateur»,mais en dialecte flamand se traduit plutôt en «petit berger».

Compagnon des bateliers, et vivant sur les péniches à la même époque, soit durant le XVIIe siècle, il est le plus petit chien de berger connu. Il était très apprécié pour ses capacités à chasser les souris et les autres rongeurs.

Il semble qu’il soit apparenté au Berger belge Groenendael, mais il est possible que les Spitz nordiques fassent également partie de ses lointains ancêtres.

Il est le petit format d’un pur Lupoïde. Ayant conservé beaucoup de caractéristiques pures, il ne fait pas réellement partie des variétés dites «fabriquées».

Sa petite taille est la seule représentation de son évolution. Il serait apparemment la réduction du Leuvénaar, ou Chien de Louvain, ayant conservé entièrement le même type, mais dans un format réduit.

Exposé pour la première fois en 1882 à SPA, il émigra cinq ans plus tard vers la Grande-Bretagne et les États-Unis.

C’est en 1888 que le premier standard officiel de la race fut établi, de même que le Club responsable de la race, qui est aujourd’hui le plus ancien Club de race de la Belgique.

À l’époque, on parlait de différentes variétés, incluant celle de Bruxelles, de Louvain et d’Anvers. Au cours des années suivantes, la race fut unifiée pour devenir le spécimen unique du Schipperke.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Wanimo publicité
Retour haut de page