Skye terrier

Terrier de l'île de Skye

Le Skye terrier, très populaire à une certaine époque, est devenue très rare, et certaines lignées présentent des problèmes comportementaux, de même que certains problèmes de santé. Il est primordial de vérifier le pedigree de la lignée à l’achat d’un chiot, pour éviter les mauvaises surprises. Il est également préférable que les chiots soient élevés en famille, et habitués très jeunes aux différents bruits de la vie quotidienne, comme la radio, les discussions, l’aspirateur ou le bruit des casseroles, afin de limiter les possibilités pour le chiot de développer un syndrome de privation sensorielle, communément appelé «syndrome du chenil», amenant le chien à développer certaines phobies environnementales. Vu la rareté des élevages de qualité, il faut parfois attendre plusieurs mois avant d’obtenir un chiot. Pour la variété à oreilles tombantes, pratiquement éteinte, ces délais de quelques mois peuvent même s’étirer jusqu’à une dizaine d’années, tellement les effectifs sont rares. Il faut donc vraiment s'y prendre à l'avance pour obtenir un Skye-terrier.

Taille 24 à 30 cm
Poids 10 à 15 kg
Espérance de vie 13 à 16 ans
Pays d’origine Royaume-Uni

Aperçu rapide du Skye terrier

Personnalité

  • Calme et équilibré
  • Fort tempérament
  • Très fidèle à un seul maître

Physique

  • Corps deux fois plus long que haut
  • Silhouette élégante
  • Apparence noble
  • Poil long plat, dur, droit et non bouclé

Santé

  • Robuste et solide
  • Rarement malade
  • Généralement en excellente santé
  • Aucune pathologie particulière

La personnalité du Skye terrier

Le Skye-terrier est très éloigné du Terrier habituel, de par son calme et son équilibre caractériel. Cependant il est tout de même doté d’un fort tempérament.

C’est un chien très fidèle qui n’aura qu’un seul vrai maître pendant toute sa vie.

L’éducation de ce petit chien doit être ferme et adéquate, tout comme sa socialisation d’ailleurs, qui doit être entreprise très tôt.

Le physique de cette race

skye terrier

Il s’agit d’un Terrier Basset, ayant le corps deux fois plus long que haut. Court sur pattes, ce petit chien se meut cependant sans aucun effort.

Sa silhouette élégante et empreinte d’une grande dignité laisse entrevoir une grande force, malgré sa petite taille. Sa force n’est pas du tout sacrifiée au profit de sa grâce.

Taille

Entre 24 et 30 cm (9.45 à 11.81 pouces) pour le mâle
Entre 24 et 30 cm (9.45 à 11.81 pouces) pour la femelle

Poids

Entre 12 et 15 kg (26.46 à 33.07 livres) pour le mâle
Entre 10 et 13 kg (22.05 à 28.66 livres) pour la femelle

Couleur

La couleur de sa robe varie entre le crème, le fauve, le gris foncé, le gris clair ou le noir.

Poil

Le long poil de sa robe est plat, droit, dur et non bouclé. Il est doté d’un sous poil court, laineux et très épais. Le poil tombe jusqu’à terre, le protégeant très bien du froid.

Morphologie

La tête possède est dotée d’un stop léger. Les yeux bruns rapprochés sont de taille moyenne.

Les oreilles peuvent être petites et dressées, ou elles peuvent être grandes et tombantes. La variété à oreilles tombantes est la version originale du Skye-terrier, mais comme elle est considérée comme moins esthétique que la variété avec les petites oreilles dressées, elle est pratiquement éteinte aujourd’hui.

La petite truffe est toute noire, peu importe la couleur de la robe. La queue est pendante, mais sa moitié inférieure est joliment recourbée.

Selon la nomenclature FCI, cette race de chien appartient au groupe 3, section 2 et porte le #75

Conseils à propos de ce chien

Comme le démontre bien la vie de Greyfriards Bobby, et sa fidélité à la tombe de son maître, le Skye-terrier est le chien d’un seul maître.

Il se lie presque maladivement à son maître et ce, pour le restant de sa vie. Il adore son maître, et il est plutôt indépendant.

Même s’il est distant avec les autres membres de sa famille, ça ne l’empêche pas d’être sympathique. Il est cependant difficile de s’imposer à lui, et il est préférable d’attendre qu’il se manifeste.

Jamais méchant, il n’aime cependant pas beaucoup les inconnus. Il se révèle un excellent gardien, sans toutefois être agressif.

Ce fort tempérament doit cependant être bien maîtrisé très tôt par une éducation ferme et adéquate. Il est inutile de le braquer, car il s’entête dès qu’il a la bride au cou.

Il est préférable d’être ferme, mais avec une grande douceur et un grand respect pour son intelligence.

Bien éduqué il fait un excellent compagnon, mais il ne sera jamais vraiment compatible avec les très jeunes enfants.

Il n’aime ni être attaché, être ni provoqué, et peut parfois mal interpréter l’attention d’un tout-petit.

Il peut vivre n’importe où, mais il doit pouvoir bénéficier de la présence de son maître très souvent.

Le maître doit pouvoir lui consacrer beaucoup de temps.Qu’il vive en appartement ou à la campagne, le maître doit être présent et disponible le plus souvent possible.

La santé du Skye terrier

Le Skye terrier, si particulier, est robuste et solide. Rarement malade, il jouit généralement d’une excellente santé.

La race n’est reliée à aucune pathologie particulière, et elle n’est reliée à aucune maladie héréditaire.

Cependant, comme pour touts les Bassets, il est préférable de ne pas lui faire monter ou descendre les escaliers à répétition pour préserver sa colonne vertébrale. La longévité des spécimens est très appréciable.

TOILETTAGE

Son beau pelage nécessite un brossage régulier. Il est préférable de le brosser tous les jours pour lui assurer une grande propreté, et ainsi conserver sa beauté.

Les nœuds doivent être défaits à la main, et il est préférable de le laver touts les mois avec un shampoing démêlant spécialisé pour les chiens, suivi d’un après-shampoing pour chiens également.

Il faut également le sécher en effectuant un brushing doux. Le séchage est nécessaire pour diminuer les risques de mycoses provoquées par l’humidité, la robe prenant beaucoup de temps à sécher à l’air.

La variété à oreilles dressées étant maintenant la plus répandue, les oreilles ne nécessitent pas vraiment d’entretien particulier. Aucun autre entretien n’est nécessaire dans son cas.

Son histoire et ses origines

Comme son nom l’indique, le Skye-terrier tient son nom de l’île de Skye, située dans l’archipel des Hébrides en Écosse. Ce petit chien écossais est le terrier écossais le plus ancien, avec son congénère, le Cairn Terrier.

D’origine inconnue, il serait apparu dans l’île de Skye vers 1570, époque à laquelle la présence de chiens à poil long ressemblant à des Bassets fut signalée.

Il proviendrait apparemment d’un croisement naturel entre un Terrier autochtone et un chien Basset appartenant aux envahisseurs vikings, soit le Vallhund suédois. Il partage son ancêtre Basset avec le Welsh Corgik auquel il ressemble physiquement beaucoup d’ailleurs.

Il est l’ancêtre du Dandie Dinmont Terrier, et celui du Yorkshire Terrier, par l’intermédiaire d’une ancienne race, le Clydesdale Terrier. Il fut, à une certaine époque, désigné sous une très grande variété de noms tels que Fancy Skye Terrier, Paisley Terrier ou Glasgow Terrier.

D’abord utilisé pour ses nombreuses qualités de chien de chasse jusqu’aux environs du XVIe siècle, il est devenu par la suite le chien favoris des dames de la haute société. Sa belle fourrure épaisse lui offrait une grande résistance au froid, et lui accorda les faveurs l’aristocratie écossaise.

Parmi les premières à adopter un spécimen de la race, Marie Stuart se laissa conquérir par ce joli spécimen, mais c’est la reine Victoria, en 1840, qui permit le grand essor de la race. La reine ayant lancée la mode, les sujets anglais se dépêchèrent à leur tour d’en adopter un.

En Grande-Bretagne au XIXe siècle, le Skye-terrier fut le chien le plus à la mode qui soit. En 1864, il fut présenté pour la première fois à l’exposition de Manchester.

En 1873, son standard fut publié, et en 1887, il fut reconnu officiellement par l’American Kennel Club. Malheureusement avec la mort de la reine Victoria, et la venue du XXe siècle, le Skye-terrier perdit peu à peu de sa popularité.

La race déclina progressivement, pour devenir très rare, et ce encore plus sur le territoire français. La base génétique très étroite de la race est une sérieuse menace pour celle-ci, les élevages restants ayant peu de reproducteurs de qualité pouvant assurer la santé, la beauté et le caractère équilibré des chiens.

Le Skye terrier est aujourd’hui grandement menacé d’extinction. La Finlande et le Royaume-Uni ont mis en place des programmes de conservation de la race.

Même s'il très efficace pour se débarasser de la vermine de jardin, le Skye-terrier est devenu exclusivement un chien de compagnie et d’exposition.

HISTOIRE DE GREYFRIARS BOBBY, LE SKYE-TERRIER DEVENU UN VÉRITABLE SYMBOLE DE FIDÉLITÉ.

En 1873, sa popularité prit encore de l’essor, avec l’extraordinaire histoire de Greyfriars Bobby. En Écosse en 1856 le chômage  força un jardinier habitant à la campagne appelé John Gray à quitter sa région rurale pour la ville d’Édimbourg avec sa famille.

Travaillanten ville comme policier, il reçut un compagnon de travail à quatre pattes pour la garde; un jeune Skye-terrier qu’il nomma alors Bobby. Touts les jours, le coup de canon du Château d’Édimbourg sonnait le coup de 13h00, John Gray et son chien allaient dans un restaurant où Bobby bénéficiait toujours d’abord d’une brioche, puis d’un os pour compléter son repas.

Malheureusement, John Gray mourut de la tuberculose deux ans plus tard. Bobby était en tête du cortège funèbre le jour des funérailles, et une fois la cérémonie terminée, le chien disparut de la vie de la famille Gray.

Il ne retourna jamais dans sa famille. Lors de sa tournée, le lendemain des funérailles de John Gray, le gardien du cimetière de l’église de Greyfriars trouva Bobby dûment couché sur la tombe de son maître.

Comme les chiens étaient interdits de séjour au cimetière, Bobby fut alors chassé par le gardien. Comme il revint le lendemain, le surlendemain et touts les jours qui suivirent, le gardien demande une dérogation à la ville pour permettre au petit chien de dormir sur la tombe de son maître.

Autorisé à rester, Bobby resta trois jours sur la tombe de son maître. Forcé par la faim, il décida de sortir du cimetière pour se rendre au restaurant, à 13h00 pile, pour obtenir sa brioche et son os.

Le restaurateur, d’abord surpris, lui donna sa ration de bon cœur. Une fois son repas terminé, Bobby revint se coucher sur la tombe de John Gray, son maître adoré. Dès ce jour, il ne sortit du cimetière uniquement pour se rendre au restaurant à 13h00 pile tous les jours.

Il se prit d’amitié un peu plus tard pour un soldat d’Édimbourg qui sonnait le coup de canon marquant les 13h00. Bobby suivait le soldat et une fois le coup de canon exécuté, ils se rendaient ensemble au restaurant.

Après leur repas, ils se séparaient, et Bobby retournait dormir sur la tombe de son maître. Le chien ne voulait accompagner personne d’autres. Bien des familles voulurent l’adopter, craquant pour ce petit chien si adorable, mais il hurlait sans cesse et une fois que les familles le laissaient partir, il revenait toujours au cimetière de l’église de Greyfriars.

Au cours de sa seizième année de vie, Bobby accepta de passer la nuit chez la famille propriétaire du restaurant où il prenait son repas quotidien, les Traill.

Le reste du temps, il continuait à veiller sur la tombe de John Gray. Vieilli et très fatigué, Bobby fut trouvé mort par une froide matinée de l’hiver 1872 dans la maison des Traill.

Ayant veillé sur la tombe de son cher maître pendant 14 ans, la baronne Burdell-Coutts décida, en 1872 également, de faire construire en l’honneur de ce petit chien si fidèle une fontaine surmontée d’une statue de Bobby grandeur nature, tout près du cimetière où il a si jalousement gardé la tombe de son maître pendant 14 ans.

Cette statue est toujours visible aujourd’hui, représentant pour tous les Écossais, un symbole de fidélité et ce, depuis plus d’un siècle. Le Huntly Museum de la ville d’Édimbourg expose également des objets, comme le collier, et des photos de Greyfriars Bobby. Depuis ce temps, Greyfriars Bobby est devenu le chien national de l’Écosse.

Devenu une grande célébrité en Écosse, Walt Disney reprit même l’histoire en 1961 et sortit un film du nom de Bobby basé sur l’histoire de ce petit chien fidèle.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Wanimo publicité
Retour haut de page