Barzoï

Autres noms : Lévrier russe

Que l’on aime ou non la famille des lévriers, il est pratiquement impossible de ne pas apprécier l’allure de ce grand lévrier. Son calme apparent, son allure noble et très aristocratique et son air très doux en font une bête magnifique. Étant heureux autant à la ville qu’à la campagne, sa grande capacité d’adaptation lui permet de vivre autant en famille dans une grande maison avec jardin qu’en célibataire citadin dans un appartement.

Taille
68 à 85 cm
Poids
25 à 47 kg
Espérance de vie
7 à 10 ans
Perte de poils
Importante
Besoin d'exercice
Faible

Aperçu rapide du Barzoï

Physique

  • Allure aristocratique
  • Physique à l'aspect noble
  • Poil doux, soyeux et légèrement ondulé
  • Yeux en amande

Personnalité

  • Généralement très doux
  • Plutôt réservé
  • Calme absolu
  • Attaché à son maître

Santé

  • Excellente santé
  • Chien robuste
  • Aucune pathologie héréditaire
Publicité

Physique du Barzoï

Ses membres bien droits et très musclés confèrent au Barzoï une allure très aristocratique ainsi qu’un physique à l’aspect très noble. Ce grand chien à la taille imposante est élancé, très beau et très élégant.

Taille : Entre 75 et 85 cm (30 à 33 pouces) pour le mâle.
Entre 68 et 78 cm (27 à 31 pouces) pour la femelle.
Poids : Entre 34 et 47 kg (75 à 104 livres) pour le mâle.
Entre 25 et 40 kg (55 à 88 livres) pour la femelle.
Couleur : Sa robe est une combinaison de plusieurs couleurs dont le marron et le bleu ne font pas partie.
Poils : Son poil est doux, soyeux, légèrement ondulé et très souple.
Morphologie : Sa tête étroite possède une allure plutôt sèche. Ses yeux en amande sont généralement brun foncé ou de couleur noisette foncé. Ses petites oreilles sont attachées très haut et sont situées plutôt vers l’arrière. Sa truffe noire termine un long museau. Sa longue queue garnie d’un panache est plutôt en forme de sabre.

Le barzoï, selon la nomenclature FCI, appartient au Groupe 10, section 1 et porte le #193.

Personnalité du Barzoï

Très beau et doté d’une grande noblesse, le Barzoï est généralement très doux. Il est plutôt réservé et semble d’un calme absolu. Cependant il faut savoir se méfier de cette eau dormante. Son calme et sa douceur n’altèrent en rien sa fougue ni son instinct de chasseur. Il a su s’adapter à son statut de chien de compagnie et devenir un chien posé et attentif mais il demeure un animal actif avec un grand besoin d’exercice.

Il sera très attaché à son maître mais ne sera jamais totalement soumis. Il demeure un chasseur et il peut devenir aussi têtu qu’une mule si son éducation n’est pas adéquate. Le Barzoï sera très obéissant si les ordres sont impératifs mais exécutés tout en douceur. Il ne tolère aucune brutalité mais il sera tout de même réceptif à la fermeté.

C’est un excellent gardien qui saura être très courageux. La sociabilité du Barzoï doit être développée dès son jeune âge sinon il peut être très hasardeux avec ces congénères. Si le Barzoï reçoit sa dose quotidienne de jeux et d’exercices, il sera un excellent chien de compagnie et saura profiter du calme et de la tranquillité de la maison une fois son exercice terminé. Cependant il faut être très prudent car il n’est pas très patient avec les enfants.

Caractéristiques du Barzoï

Ce chien convient-il à votre mode de vie?

Chaque race de chien possède ses caractéristiques. Le caractère réel d'un chien peut toutefois varier d'un individu à l'autre à l'intérieur d'une même race.

Publicité
Vie en appartement 5 /5
Bon premier chien 3 /5
Supporte la solitude 1 /5
Tolère le climat froid 4 /5
Tolère le climat chaud 3 /5
Affectueux 4 /5
Amical avec les enfants 3 /5
Amical avec les étrangers 4 /5
Amical avec les autres animaux 4 /5
Perte de poils 5 /5
Niveau de bave 1 /5
Facile d'entretien 4 /5
Santé robuste 4 /5
Facile à éduquer 3 /5
Intelligent 4 /5
Tendance à aboyer 2 /5
Tendance à mordiller 3 /5
Protecteur 3 /5
Instinct à chasser une proie 5 /5
Esprit aventurier 4 /5
Niveau d'énergie 2 /5
Intensité du jeu 2 /5
Besoin d'exercice 2 /5
Joueur 3 /5

Les caractéristiques sont évaluées sur une échelle de 1 à 5
où 5 signifie qu'elle est très présente chez cette race.

Adoption du Barzoï

Points à considérer avant d'adopter un barzoï

  • Les célibataires sportifs amoureux des chiens sont les maîtres idéaux pour cette race. Le lévrier russe n’étant pas très patient avec les enfants et ayant un grand besoin d’exercice, une personne très sportive prête à consacrer des heures à son chien jouira d’une excellente compagnie avec le Barzoï. Qu’il soit citadin ou campagnard, le maître de ce grand lévrier doit être prêt à passer beaucoup de temps avec son chien.

  • Le Barzoï peut également faire partie d’une famille en autant que les maîtres soient prêts à consacrer des heures à l’exercice et au jeu avec leur compagnon à quatre pattes. Son adaptation est grande et il saura s’accommoder de chaque situation en autant que son espace vital est respecté et que son exercice quotidien est effectué.

Santé du Barzoï

Le lévrier russe est un chien robuste possédant une excellente santé. Aucune pathologie héréditaire n’est vraiment attribuée à la race mais l’affection oculaire peut parfois lui créer des problèmes.

Entretien

Ce chien, malgré sa robe à poils longs, nécessite un entretien minimum très facile. Un bon brossage régulier, une à deux fois semaine, fera amplement l’affaire. Un bain de temps à autre viendra compléter l’entretien de sa robe et lui assurer un poil en santé.

Histoire du Barzoï

Malgré ses origines controversées, le Barzoï serait apparemment originaire de Russie, d’où lui vient probablement son surnom de lévrier russe. Issu de croisements entre les chiens asiatiques de type Spitz à poils longs et le Laïka, le Barzoï était à l’origine utilisé pour le trait et la chasse. On suppose que d’autres croisements auraient contribué par la suite à créer le chien de compagnie, soit le Barzoï d’aujourd’hui.

Ce serait vers le XIe siècle que serait apparu le premier lévrier russe en Europe. La fille du grand prince de Kiev et épouse du roi Henri 1er, Anne de Kiev, serait arrivée à une partie de chasse à courre, au début du siècle, escortée par trois magnifiques lévriers dont un fauve, un gris et un noir. Toujours par la monarchie, vers 1519, des lévriers russes furent ramenés de Moscovie et offerts en cadeau à François 1er par Christian II, alors roi du Danemark. La chasse à courre, unique en son genre et tant prisée par la monarchie en Russie, fit ainsi connaître la race. Élevé en meutes, le Barzoï chasse alors le sanglier, le cerf, le loup, le renard et le lièvre.

Plus tard il fit son entrée dans les autres pays d’Europe, comme l’Angleterre et la France, pour ensuite traverser l’océan et se retrouver en Amérique. Ce chien d’aristocrates se retrouve alors dans de multiples représentations artistiques. Il est un véritable icône que ce soit en peinture, en sculpture, en illustrations, en représentations photographies et autres. On le retrouve notamment sculpté en bronze, peint sur la porcelaine ou la faïence ainsi qu’illustré sur de multiples cartes postales.

Après la Seconde Guerre mondiale, la race faillit disparaître totalement en Europe. Heureusement le Barzoï était déjà bien connu et apprécié en Amérique. La disparition du lévrier russe a ainsi pu être évitée. Il sombra tout de même un peu dans l’oubli à cette époque, surtout comme chien de chasse, mais devint rapidement un chien de compagnie très apprécié un peu partout sur la planète.